Accueil / Éditorial /  » Je n’ai pas de vision théologique. »

 » Je n’ai pas de vision théologique. »

 

C’est ainsi que bien des responsables politiques pensent exprimer leur liberté, leur sérieux, leur professionnalisme. Ce genre de déclaration est bien plutôt un aveu de faiblesse. Car, manquer d’une vision théologique, c’est être l’esclave du plus offrant.

Lorsque Jésus est tenté par le diable (Mt 4,1-11), c’est justement sa vision théologique qui le sauve des illusions. C’est sa vision théologique qui lui permet de résister à la tentation de l’indestructibilité, du pouvoir, ou d’être un nanti. Jésus résiste au plus offrant au nom même de sa théologie qui lui permet d’identifier les idoles, de repérer les mécanismes qui dégradent l’humanité, et d’adhérer à ce qui favorise l’existence. Ne pas avoir de vision théologique, c’est n’avoir que le bon plaisir immédiat comme critère de décision. Car la théologie consiste à penser ce qui donne de la profondeur à la vie. La théologie consiste à relativiser ce qui n’a qu’une valeur secondaire et à redonner une importance décisive à ce qui encourage l’existence, ce qui favorise la paix.

C’est la raison pour laquelle les évêques sont, par exemple, tout à fait légitimes pour intervenir dans le champ politique et faire une lecture théologique d’un programme électoral, de décisions législatives. Chacun est appelé à faire œuvre de théologien pour ouvrir les yeux sur la nature profonde des êtres et des choses qui nous entourent. Faire de la théologie pour cesser d’être soumis aux vents dominants qui nous ballottent comme des fétus de paille. Faire de la théologie pour ne pas prendre au sérieux les propositions politiques qui sont indigentes, qui confinent au totalitarisme ou qui sont tout simplement mortelles. C’est dans la période qui est devenue celle du Carême, que Jésus commença à exercer ses talents de théologien, selon Matthieu. C’est aujourd’hui, encore, ce que ses disciples sont appelés à faire. Pour ma part, je préfère avoir une vision théologique qui me permet de servir l’Éternel, c’est-à-dire ce qui nous rend plus humains et ce qui rend le monde plus vivable.

 

À propos James Woody

Pasteur de l'Église protestante unie de France à Montpellier et président d'Évangile et liberté, l'Association protestante libérale.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*