Accueil / Journal / Maus

Maus

Il est des livres qu’on aimerait ne jamais avoir lus… Simplement pour pouvoir revivre les émotions qui ont accompagné leur découverte. Maus d’Art Spiegelman participe indéniablement pour moi de ceux-là…
Que dire de ce monument graphique auréolé du prix Pulitzer, de cette histoire de petits Mickey croqués en pied de nez à la propagande nazie qui dès les années 1930, brocardait le personnage créé par Walt Disney d’« idéal le plus lamentable qui ait jamais vu le jour », « vermine dégoûtante, plus grand porteur de bactéries du règne animal », symbole de la « tyrannie juive exercée sur le peuple » ?

Il serait si simple de réduire Maus à une énième narration de l’Holocauste, entachée de quelques procédés animaliers simplistes, handicapée par l’utilisation d’une expression écrite rappelant (au moins dans sa traduction française) celle d’un petit personnage vert issu d’une saga cinématographique phare de la pop-culture contemporaine, dont les volets les plus récents s’apparentent à un naufrage.

 Maus est assurément un témoignage de l’Holocauste, une narration vertigineuse parce qu’à la première personne, du voyage au bout de l’enfer, jusqu’à l’horreur d’Auschwitz-Birkenau, d’une famille polonaise plutôt aisée. Mais ce roman graphique est tellement plus que cela.

Il est une œuvre qui nous amène à partager les émotions de ces petites souris, qui souvent émeuvent jusqu’aux larmes. Il est une œuvre de mémoire qui parle de la difficulté de faire mémoire de l’indicible horreur de la persécution des juifs. Il est une œuvre de sentiments, qui saisit la difficulté d’être humain(s) dans l’horreur et au-delà.

 Maus nous parle de la complexité de la vie, de la difficulté d’être, de vivre et de survivre. Il interroge nos liens (filiaux, amoureux…) tout autant que la notion de bonheur, dans sa simplicité et sa précarité. Il nous saisit dans nos travers, nos névroses, nos lâchetés, nos instants de grandeur aussi. Par petites touches de souris… En d’autres termes, Maus est une déroutante œuvre d’Humanité qui ne manque jamais de nous confronter à nous même. Une œuvre à jamais dans le panthéon de mes lectures.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Mathieu Cron

est secrétaire de rédaction d’Évangile et liberté. Issu d’une famille luthérienne alsacienne, il a rejoint le protestantisme libéral à travers le temple de l’Oratoire du Louvre de Paris.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.