Accueil / Billet / Sale temps pour aimer

Sale temps pour aimer

  Un Néerlandais se retrouve devant le tribunal de Montpellier. Il a acheté un terrain sur lequel est plantée une vigne qui permet la production de vin. Il va s’y employer et remplir les deux cuves qu’il possède. Mais il reste quelques tonnes de raisins. Que faire ? Il décide de l’offrir à son employé plutôt que de le laisser pourrir. Bonne idée ? Mauvaise idée au regard de la loi française. La répression des fraudes lui reproche d’avoir cédé une partie de la récolte au lieu d’en avoir fait commerce, à quoi s’ajoute le délit de n’avoir pas établi des factures en indiquant l’objet de la vente avec toute la clarté que requiert la loi. Le représentant de l’administration informe le propriétaire qu’il aurait pu demander le statut de coopérateur dans une cave coopérative de manière à pallier le manque de cuves pour produire du vin et ensuite le vendre. Au passage, signalons que l’enquête a été ouverte suite à une dénonciation anonyme auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Il est des anges qui ne portent pas que de bonnes nouvelles et qui ne sont pas agents de la bénédiction.

 Revenons à notre affaire. Le droit reprocherait-il qu’on donne ce qu’on aurait pu vendre ? Bien des situations où la générosité est pratiquée sont désormais jugées par les tribunaux. Nous en avons eu des exemples avec l’accueil de personnes venant chercher un refuge en France. Il est plus que nécessaire de prendre conscience de ce travers pour libérer l’amour des normes administratives. Il est évident que la loi n’est pas écrite contre la bienveillance, mais l’accumulation de règles peut conduire à rendre impossibles les initiatives positives et brider sérieusement la créativité. Il arrive que les règles, destinées à protéger la société, nous privent de la liberté d’agir et de la possibilité d’être généreux, ce qui revient alors à nous protéger de l’humanité.  

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos James Woody

Avatar
Pasteur de l'Église protestante unie de France à Montpellier et président d'Évangile et liberté, l'Association protestante libérale.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.