Accueil / Billet / Courant alternatif

Courant alternatif

 

Aujourd’hui, il y a de l’électricité dans l’air. Mes cheveux refusent toute intervention de la brosse. Pas envie de sortir ! Pourtant, j’ai rendez-vous avec Adélaïde, une paroissienne de 85 ans, toujours sur son « 31 ». Sa beauté et son élégance m’impressionnent. Inoubliable soprano « colorature », elle a chanté les plus grands airs d’opéra, électrisant son public, fasciné, suspendu à chacune de ses cordes vocales, prêt à s’envoler avec elle.

Zut ! Mes cheveux sont toujours rebelles. Je vais avoir l’air de quoi, chez Adélaïde ? Un peu de laque ne pourrait-il pas faire l’affaire ?

On ne se voit pas souvent, avec Adélaïde, mais dès que nous sommes ensemble, le courant passe. Nos échanges ressemblent à quelque chose qui nous inonde, comme le rayon de soleil traversant la brume de l’automne. Nous écoutons de la musique, elle m’explique certains détails, ou alors, au contraire, on ne dit rien. Mais nous sommes ensemble. C’est le plus important. Protestante par sa mère, athée par son père, elle ne vient pas au culte. Elle me dit qu’elle n’est plus sur la même longueur d’onde, avec le Seigneur !

« Et puis, j’ai une voix trop forte, je dérange tout le monde ! Si vous venez me voir, peut-être que nous pourrions prier ensemble ? » C’est donc pour cela que j’y vais aujourd’hui.

Je tente de laquer mes cheveux indisciplinés. Ça colle ! Je vais être vraiment en retard. Tant pis, j’irai comme je suis !

Je sonne. Adélaïde m’ouvre. Elle m’accueille avec un sourire généreux et un regard lumineux. Une onde de bien-être me traverse. J’en oublie mes cheveux insoumis.

Adélaïde pose sa main sur mon bras. Contact. La tension tombe. Nous sommes branchées. Un mot, un regard, elle donne, je reçois, elle communique, je communie. Complicité, connivence, et tout devient plus ardent, plus chaleureux Nous sommes au début de l’après-midi, et nous restons en courant alternatif, jusqu’à la nuit tombée.

Je passe mes doigts dans ma chevelure fine et soyeuse, enfin apprivoisée. J’ai vraiment envie de rester.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Agnès Adeline Schaeffer

Avatar
est pasteure de l’Église protestante unie de France à Paris (Oratoire), et aumônier à la Maison d’arrêt des femmes, à Versailles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.