Accueil / Jeûner ? / Nous ne sommes jamais au bon endroit

Nous ne sommes jamais au bon endroit

 

Il est rare de se trouver au bon endroit. Le texte biblique nous dit : « Et YHVH Elohîm plante un jardin en Éden au levant, et il y place le glébeux qu’il a formé » (Gn 2,8), mais ensuite « et YHVH Elohîm le chassa du jardin d’Éden, pour qu’il cultivât la glèbe, d’où il avait été pris. » (3,23) L’être humain, d’abord séparé de la terre dont il est formé et intégré dans la dimension du jardin d’Éden, doit finalement être éloigné de ce lieu et réuni à la glèbe, afin de la travailler et de se travailler. C’est à partir de ce moment que l’être humain se construira par sa capacité à rechercher, et non pas à trouver, le bon endroit.

Dans le même registre, le récit de la vie d’Avraham s’ouvre ainsi : YHVH dit à Avram « Va vers toi, de ta terre, d’où tu es né, de la maison de ton père, vers le pays que je te montrerai. » (Gn 12,1-2) Ce qui rend Avram si important n’est rien d’autre que sa faculté à se déraciner de sa réalité pour embrasser un destin qui n’est pas défini, dans un « ailleurs » pas encore spécifié.

C’est peut-être pour cette raison que plus tard le peuple Juif devra se déraciner d’Égypte afin de se dépouiller de tout ce qui entrave sa spiritualité. Même au moment du don de la Torah au mont Sinaï, nous constatons que Moché ne se trouve pas là où on l’attend : YHVH lui dit « Va, descends ; tu monteras avec Aharon (…) Moché descend vers le peuple (…) Alors Elohîm dit toutes ces paroles pour dire : ‘Moi, YHVH ton Elohîm, qui t’ai fait sortir de la terre de Mitsraîm’… » (Ex 19,24 – 20,2) La Révélation a donc lieu sur la montagne au moment où plus personne ne s’y trouve. Ce sommet est le lieu où Moché était et où il sera, mais où il n’est pas au présent. C’est peut-être pour cette raison que le Judaïsme utilise Maqom, le Lieu, pour nommer la Transcendance. Le même Lieu se présente à Moché comme « Je serai ce que je serai » (Ex 3,14). Il aura bien été en tout lieu où l’on le cherchera mais il sera ailleurs, en train de nous appeler depuis un autre endroit. Heureusement, nous ne sommes jamais au bon endroit. Autrement, comment pourrions-nous entendre cet appel ?

 

À propos Haim Fabrizio Cipriani

Avatar
auteur de différents ouvrages à thème juif, est rabbin des communautés ULIF à Marseille, Etz Haim en Italie, et Visiting Rabbi auprès des communautés Kehilat Kedem de Montpellier et AJTM de Paris

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.