Accueil / Éditorial / Fermons les ” Restos du cœur ” !

Fermons les ” Restos du cœur ” !

Voilà une réforme qui honorerait la théologie de la grâce. Car protester pour que la grâce soit au centre de la vie, c’est considérer que nul ne devrait être privé de ce qui lui est fondamental pour vivre. Cela commence par la nourriture. À partir du moment où nous considérons que chacun doit avoir son pain quotidien, décidons, effectivement, qu’un revenu universel soit attribué à chacun, par grâce seule, indépendamment de ses mérites. Nous avons atteint, fort heureusement, un moment de notre histoire où un consensus s’est opéré autour du fait qu’il est hors de question de laisser quiconque mourir de faim – mais n’oublions pas que certains élus sont capables d’interdire l’accès à l’eau aux nécessiteux en plein été. Alors consacrons toutes les aides qui existent déjà et les différentes subventions allouées à des organisations caritatives en vue de la restauration, pour que chaque personne reçoive ce qui lui permettra de subvenir à ses propres besoins – et faisons un crédit d’impôt pour ceux qui sont autonomes sur le plan financier. Ainsi, chacun disposera d’une plus grande liberté à l’égard des dispositifs sociaux qui profitent d’abord à ceux qui sont le mieux renseignés et qui ne sont pas forcément les plus fragiles. Par ailleurs, cela offrira une plus grande sécurité pour se lancer dans des projets, dans des études, dans une passion, sans avoir peur soudainement de manquer de tout. Cela permettra une plus grande autonomie des personnes qui pourront se consacrer à autre chose que sauver leur peau en permanence : se nourrir ne sera plus une obsession, ni même un but dans la vie. Rendre les « restos du cœur » inutiles, voilà une réforme à portée de main. Cela permettrait de porter les efforts sur l’accompagnement des personnes démunies en restaurant leur dignité, en complétant leur formation, en les mettant en situation de faire valoir leurs talents. Ne pas mériter pour obtenir son salut, voilà une grande intuition de la Réforme du XVIe siècle. Il serait temps de la mettre en actes.

À propos James Woody

Pasteur de l'Église protestante unie de France à Montpellier et président d'Évangile et liberté, l'Association protestante libérale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.