Accueil / Culture / Il est temps d’être libre

Il est temps d’être libre

 

James Woody, le directeur de publication d’Évangile & Liberté, nous offre un passionnant panorama du protestantisme sous l’angle de la liberté. Les textes bibliques nous invitent à appréhender Dieu comme un « appel à ne pas subir » et à « contrarier les déterminismes ». Ainsi conçu, Dieu ne peut œuvrer que dans et pour la liberté. « Dieu désigne cette altérité qui nous met à distance de nous-mêmes. » Pour chacun de nous, accroître notre liberté est donc « un processus toujours à accomplir ». Liberté et changement vont de pair. « L’altérité nous attire vers de nouveaux rivages, vers de nouveaux horizons, vers de nouvelles possibilités. […] De plus, l’altérité relativise. Elle relativise nos prétentions, nos malheurs, nos modèles, nos formalismes, nos conclusions, nos divinités, nos absolus. »

Le livre présente de multiples exemples de ce processus de mise en perspective libératrice. Beaucoup sont tirés de récits bibliques, dont l’auteur fait une lecture moderne qui leur rend justice. Ainsi le Décalogue dresse-t-il la liste des « menaces qui pèsent sur notre liberté », comme « les pulsions, dont nous pouvons être les esclaves » ou ces actes par lesquels « nous volons le monde de notre génie propre ». Le shabbat, lui, peut se comprendre comme « un puissant révélateur de nos addictions ».

En société, la liberté implique bien sûr que nous laissions les uns et les autres créer. James Woody rappelle que, pour les protestants, aider autrui ne consiste ni à déresponsabiliser les individus, ni à scléroser la société. Contre la tentation de régimenter le monde qui nous entoure, l’auteur invoque le « laissez faire » de Benjamin Constant, qui signifie : « N’entravez pas les initiatives, ne gâchez pas les talents. » James Woody dénonce par exemple les dérives du principe de précaution lorsque sa mise en œuvre est mal avisée.

L’auteur aborde les difficultés que nous avons à assumer notre responsabilité personnelle et à choisir la liberté. La liberté est « effrayante car elle ouvre sur l’inconnu. La vraie liberté consiste à aborder des aspects de la vie qu’on ne soupçonnait même pas ». Et pourtant, « sortir de la répétition du passé, être délié de la doxa, être libéré pour aller notre propre chemin, voilà la dynamique qui correspond à ce que nous pouvons espérer de plus vivable ». Bien écrit, ce livre est accessible au grand public – ce qui n’empêchera pas les lecteurs familiers de notre revue d’y trouver aussi de nombreuses sources d’inspiration.

James Woody, Vivre la Liberté, Paris, Cerf, 2017, 224 pages.

 

À propos Christophe Pella

a une licence en relations internationales
(HEI) et un MBA en finance (Wharton). Il
gère des fonds d’investissement à Londres.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*