Accueil / Culture / Un si jeune théologien : seulement 18 siècles !

Un si jeune théologien : seulement 18 siècles !

Il peut paraître singulier de présenter ici un ouvrage posthume paru il y a une dizaine d’années et consacré à Irénée, le deuxième évêque de Lyon (de 177 à 202) et sans nul doute, le premier « grand théologien » chrétien. Mais le lecteur sera d’emblée saisi par la modernité et l’audace de ces propos vieux de dix-huit siècles ! L’auteur de cette stimulante étude, Donna Singles (1928-2005), est une religieuse américaine venue en France faire sa thèse sur Irénée de Lyon, précisément. Elle devint par la suite professeur à la Faculté de théologie dans la même ville et fut une des premières à enseigner en France la théorie du Process. Elle a consacré plusieurs anthologies ou études à Irénée : un penseur fascinant parce que, à la différence d’un certain nombre d’autres, il fonde sa réflexion uniquement sur la Bible et non les spéculations de tel ou tel philosophe de l’Antiquité. En outre, c’est un vrai poète dont l’œuvre pétille d’images tendres ou hardies. On peut regretter seulement qu’il n’ait pas eu un rayonnement analogue à celui d’Augustin : cela aurait évité au christianisme de tomber dans bien des écueils !

Dès le premier abord, le lecteur est séduit par le regard positif qu’Irénée porte sur la création : décidément, le dénigrement du corps et du « monde » n’a rien de connaturel au christianisme ! Irénée est également aux antipodes de la théologie sacrificielle qui a longtemps empoissonné la pensée chrétienne (mais faut-il vraiment parler au passé ?) : ce n’est pas pour racheter l’humanité déchue, au prix de son sang, que le Christ s’incarne mais pour accomplir en plénitude l’alliance de l’humanité avec Dieu.

Autre « modernité » étonnante d’Irénée : l’univers et l’humanité sont pensés en terme d’évolution et de croissance jusqu’à leur plein épanouissement en Dieu. Adam et Ève ont été créés enfants mais promis à tous les progrès jusqu’à leur pleine adoption divine.La fameuse phrase d’Irénée « La gloire de Dieu, c’est l’homme debout » est devenue un véritable slogan ; mais on oublie souvent le second versant de la proposition, plus lumineux encore : « … et la vie de l’homme c’est finalement de voir Dieu » !

Donna Singles, L’homme debout, le credo de saint Irénée, Cerf, 2008, 156 pages.

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*