Accueil / Culture / L’apprentissage de la foi

L’apprentissage de la foi

 

Ce livre est exemplaire. Limpide et fouillé, court et riche, détaillé et passionnant, il offre au lecteur une foule d’informations pour comprendre l’évangile de Jean. L’auteur, Jean Zumstein, est professeur émérite de Nouveau Testament à la faculté de théologie de l’université de Zurich. Il est reconnu par ses pairs comme un des plus grands spécialistes actuels de la littérature johannique. Enseignant passionnant, il est aussi un auteur qui sait être captivant. Et c’est un tour de force que de rendre captivante la lecture d’un livre qui comporte de nombreux éléments exégétiques !

Jean Zumstein propose d’abord une introduction qui montre en quoi l’évangile de Jean est original (il est très différent des évangiles dits « synoptiques », c’est-à-dire ceux de Marc, Matthieu et Luc). Dans un premier chapitre, Jean Zumstein explique dans quel contexte et sous quelles plumes l’évangile de Jean est né. Puis, le deuxième chapitre se concentre sur le but de l’évangile : son auteur s’adresse non pas à des non-croyants qu’il espère convertir, mais à des croyants, avec l’espoir, grâce à son récit, de transformer leur compréhension de la foi dans le Christ (d’où le choix du titre L’apprentissage de la foi). Le troisième chapitre se concentre sur la christologie de l’évangile de Jean. Enfin, en guise de conclusion, Jean Zumstein démontre que le travail de l’évangéliste est théologiquement solide : il a été l’un des premiers grands interprètes du Jésus historique, affirme Jean Zumstein.

Il n’y a pas meilleur moyen de vous donner envie de lire ce livre que de vous en citer un extrait, issu de la fin du troisième chapitre : « Alors que les autres témoins bibliques – et en premier lieu Paul – s’intéressent avant tout à la façon dont l’homme peut être sauvé, le quatrième évangile voue toute son attention à ce qui se cache sous ce terme de salut. Qu’est-ce que le salut ? Et en quoi, finalement, est-il chose désirable ? Pourquoi vivre en paix et en harmonie avec Dieu est-il si nécessaire pour l’homme ? Le point de départ de l’évangile de Jean n’est pas étroitement religieux. En accord avec le monde qui l’entoure, l’évangéliste constate que les hommes sont animés par la soif de vivre. L’aspiration qui rassemble tous les hommes, c’est non seulement de conserver ce qu’ils ont, mais d’accéder à une vie qui soit plus intense, qui soit plus pleine, qui soit plus achevée[…] Le quatrième évangile prend en compte cette aspiration, mais pour la placer dans une perspective négligée par les hommes. De façon polémique, il constate que toutes les entreprises menées pour conquérir plus de vie sont vouées à l’échec. Que ce soit l’exaspération de la passion amoureuse avec la Samaritaine, l’exercice du pouvoir avec Pilate, le chemin religieux avec les “Juifs”, rien n’y fait. L’être humain n’est pas maître de la vie. »

Jean Zumstein, L’apprentissage de la foi, Genève, Labor et Fides, 2015, 112 pages.

 

À propos Abigaïl Bassac

est titulaire d’un master de l’École Pratique des Hautes Études (section des sciences religieuses) et étudiante en master de théologie à Genève. Elle est assistante des enseignants à l’Institut Protestant de Théologie (faculté de Paris) et rédactrice en chef adjointe d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*