Accueil / Journal / Abandonner la prétention à détenir la vérité

Abandonner la prétention à détenir la vérité

 

Chaque religion ou approche spirituelle devrait reconnaître qu’elle n’est qu’un chemin, une voie d’exploration du mystère de l’homme et de cette Réalité transcendante au cœur de l’homme que par commodité on appelle Dieu. Une voie et non pas la voie, un chemin parmi d’autres. Prétendre que le christianisme catholique détient la vérité ultime, c’est s’ériger en repère absolu. C’est ce que ces dernières années, des textes officiels des autorités romaines (du Cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI particulièrement) ont dit et redit au grand dam des protestants (la fameuse déclaration Dominus Jesus de l’an 2000, entre autres).

Dès lors qu’on se considère comme le nec plus ultra, les autres ne peuvent être qu’à la périphérie et le danger mortel est de se comporter, sinon en totalitaire (encore que…) ou méprisant (on l’a vu en d’autres temps !), du moins condescendant, convaincu que l’accomplissement des autres voies spirituelles, y compris chrétiennes, se trouve dans son propre camp. Entretenir en soi cette conviction de supériorité, accompagnée parfois d’un prosélytisme bruyant et justifié par un prétendu dessein de Dieu, ne peut guère induire des relations vraies et authentiques de respect et d’estime avec les autres, puisqu’il leur manque quelque chose. Tout autre est l’attitude qui privilégie pour soi sa propre tradition spirituelle puisqu’on ne peut être sur tous les chemins à la fois et qu’on a librement choisi de marcher sur ce chemin là précisément.

On peut aimer légitimement sa religion et y adhérer comme étant sa propre vérité (toujours à découvrir, à approfondir, à réinterpréter), sans pour cela décréter qu’elle est la vérité. À ma connaissance, mis à part le bouddhisme, je n’ai jamais entendu les grandes religions reconnaître la relativité de leurs approches singulières. Deux exceptions cependant : Pierre Claverie, ancien évêque d’Oran, dans une célèbre déclaration de 1996 (cf. Les Nouveaux cahiers du Sud, janvier 1996 et Le Monde, 4-5 août 1996), et la position du protestantisme libéral.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jacques Musset

a été successivement aumônier de lycée, animateur de groupes bibliques, formateur à l’accompagnement des malades en milieu hospitalier. Il a écrit plusieurs livres sur l’aventure spirituelle et chrétienne.

Un commentaire

  1. jean-pierre.castel@mines.org'

    Cher Monsieur,
    vous dites : « À ma connaissance, mis à part le bouddhisme, je n’ai jamais entendu les grandes religions reconnaître la relativité de leurs approches singulières ». Quid de tous les polythéismes? Connaissez-vous une autre religion que les trois religions abrahamiques qui ait cherché à éradiquer les autres religions ?
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.