Accueil / Journal / Vive Mamon !

Vive Mamon !

Une chaîne de magasins d’habillement a décidé de commercialiser des vêtements dans un style musulman – en gros, des voiles et des robes longues –, provoquant une polémique : le monde de la mode serait prêt à participer à l’enfermement des femmes pour faire de l’argent. Et si au contraire, il fallait crier (quitte à blasphémer) : « Vive Mamon ! » ?

Les courants moralistes et intégristes de toutes les religions ont ce point commun de vouloir s’isoler du monde, en une société de « purs », dans laquelle le désir est réprimé. Les femmes en sont les premières victimes. Le voile a parfois ce sens : ne surtout pas faire naître le désir chez les hommes et donc cacher les femmes derrière leurs vêtements.

Pourtant, qui habite et travaille comme moi dans des villes où vivent un grand nombre de musulmanEs, ne peut que constater des façons de porter le voile qui ne collent pas avec cela. Très souvent, on croise des jeunes femmes, le visage maquillé avec soin, le voile le mettant bien plus en valeur qu’il ne cache la sensualité des cheveux. Le reste des habits est à la mode, il n’est pas rare qu’ils soient près du corps.

Que devient la répression du désir quand on se soucie de sa beauté ? La mise à part du monde quand on cherche à être à la mode ? La soumission à l’homme quand on affirme une décision sur son apparence ? Elles ne s’envolent bien sûr pas par enchantement. Mais il se passe quelque chose.

Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Jésus critique rarement de front les raisonnements conservateurs de ses contradicteurs. Il répond par des paradoxes, il pousse leurs raisonnements jusqu’à les faire éclater ou les paralyser, il détourne leurs rites.

Créer des courts-circuits, des contradictions, des oxymores – une mode musulmane, un désir halal, un sabbat pour l’homme et non un homme pour le sabbat, un messie crucifié – ne détruit pas les oppressions du temps. D’ailleurs n’y a-t-il pas une illusion à croire que la Libération est de ce monde ? Mais il se produit quelque chose : un dépassement des cadres qui oblige à inventer autre chose. Un « autre chose » qui permettra peut-être – comme le disait Michel Foucault – « de ne pas être tellement gouverné ». Alors, poussons les contradictions, comme celle de connecter des prescriptions conservatrices sur l’habillement avec cette machine à désir qu’est la mode. Dieu bénisse le Mamon de la mode !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Stéphane Lavignotte

est pasteur de la Mission populaire évangélique à Gennevilliers (92), président du Mouvement du christianisme social et militant écologiste. Dernier ouvrage paru : Les religions sont-elles réactionnaires ? (Textuel, 2015).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.