Accueil / Culture / Jésus thérapeute

Jésus thérapeute

300-09-1Voici un livre que tout prédicateur devrait consulter avant d’aborder les textes de guérison des évangiles. Que les textes bibliques soient lus à la lumière du contexte dans lequel ils ont été écrits ne choque plus personne. Mais chaque fois que Jésus guérit, chasse un démon, ramène à la vie une personne considérée comme morte, accomplit un miracle, la foi semble se heurter à la raison – et bien souvent des explications paraissent soit simplistes, soit tirées par les cheveux. Qu’en était-il de la médecine du temps de Jésus ? Quelles étaient ses connaissances médicales ? Que rapporte la littérature de l’époque de guérisons miraculeuses, voire de résurrections ? L’évangile de Luc est porteur d’un grand nombre d’actes miraculeux attribués à Jésus. Christine Prieto, docteur en théologie, qui a remanié ici sa thèse pour publication, s’arrête sur vingt récits de l’évangile selon Luc. Elle interroge parallèlement les documents connus d’alors sur la médecine traditionnelle, revenant aussi sur des lectures intertextuelles du Premier Testament. La maladie dans l’antiquité était attribuée au divin mais bien des médecins cherchaient déjà à dégager la part de la croyance de celle de la raison. Difficile frontière entre la magie, la superstition et la médecine ! Sur quoi asseoir sa foi ? L’auteure, étudiant le savoir-faire de Jésus à la lumière de ces documents extérieurs à la Bible, en déduit qu’il œuvrait tel un médecin hippocratique au code de déontologie fondé sur une formation solide, le respect du malade, la douceur pour méthode, le rejet de toute imposture, la volonté de soigner tout homme pauvre ou riche. Jésus s’inscrit également dans la lignée des prophètes guérisseurs du Premier Testament (Élie, Élisée), tout en les dépassant. Par Jésus, Dieu intervient dans le monde, et en lui les hommes reconnaissent qu’il est « celui qui vient ».

Christine Prieto, Jésus thérapeute, Genève, Labor et Fides, 2015, 637 pages.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Florence Couprie

Avatar
est pasteure retraitée de l’Église protestante unie de France.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.