Accueil / Journal / Le mal

Le mal

N8-2006-10-13-006Le mal a toujours été pour les théologiens, qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans, un véritable casse-tête : comment Dieu, qui est si bon et si puissant, a-t-il pu laisser s’installer le mal sur la terre et abandonner tant d’humains à leurs souffrances ?

Les plus vieux textes bibliques affirmaient déjà cette gouvernance de Dieu sur le monde : « Y a-t-il un malheur dans la ville sans que Yahvé n’en soit l’auteur ? » (Amos 3,6).

Les théologiens et philosophes qui affirmaient tous ensemble la toute-puissance de Dieu ont eu des mauvaises réponses à la question : le mal provient du péché de l’homme, et de ce que Dieu veut lui laisser sa liberté. Il a pour rôle de remettre l’homme dans le droit chemin. Le mal est fait pour faire ressortir le bien, comme les ténèbres font ressortir la lumière. D’ailleurs, bien souvent, Dieu se sert du mal pour le transformer en bien.

Seul le dualisme de Platon, des gnostiques et des manichéens a pu apporter une réponse satisfaisante : le mal est le champ de bataille entre deux dieux, celui du bien et celui du mal. Un jour le Dieu du bien triomphera. Les philosophes de la théodicée (justification de la bonté de Dieu en dépit du mal – terme créé par Leibniz) n’étaient pas vraiment plus crédibles : nous sommes dans le meilleur des mondes. Dieu ne pouvait pas créer autant de bien sans accepter qu’il y eût aussi un peu de mal.

La pensée moderne apporte de meilleures réponses : Dieu tout seul ne peut pas grand-chose contre le mal. Il en souffre comme nous, plus que nous, car il n’est pas si puissant. Il donne sa force aux hommes pour qu’ils luttent avec lui contre tout ce qui va mal. Croire en Dieu ne consiste pas à l’accuser du mal mais à le combattre avec lui. Nous croyons en Dieu, malgré le mal. Nous croyons que Dieu nous donne la force de lutter sans cesse

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Henri Persoz

Avatar
est un ingénieur à la retraite. À la fin de sa carrière il a refait des études complètes de théologie, ce qui lui permet de défendre, encore mieux qu’avant, une compréhension très libérale du christianisme.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.