Accueil / Agir / Du Credo au crédit ?

Du Credo au crédit ?

 

Prêter, c’est faire confiance, accorder du crédit, c’est accorder du crédit à son rêve…

La banque a longtemps jaugé les personnes et les projets, sans trop s’embarrasser de la question des garanties. Pour le financier génois, quelle garantie prendre sur un bateau, à part l’espoir de le voir revenir chargé d’épices à sept fois sa valeur ?

Plus tard, l’appel à l’épargne publique a changé les mentalités ; le financier ne risquait plus seulement ses fonds mais ceux des autres, et il n’est besoin que de dire « Emprunts russes » pour faire sortir de sa cachette la méfiance.

Alors finance n’a plus rimé avec confiance, il ne suffisait plus d’être « homme de bien », il fallait « avoir du bien ». S’est installé le fameux « On ne prête qu’aux riches », instrument discret du cloisonnement des classes. Puis a vite été retenue la fiche de paie, reflet d’une autre rigidité, celle du marché du travail…

Ce modèle, qui fonctionne tant bien que mal dans les pays développés, ne pouvait convenir dans les autres, où seule une minorité avait accès au prêt. Propriété collective des terres, absence de cadastre, absence de réserves monétaires, les garanties « individuelles » ne pouvaient fonctionner.

C’est à Mohamed Yunus, banquier au Bangladesh, que revient la distinction d’avoir tiré le concept de microcrédit sur le devant de la scène. Son idée principale (qui lui valut le Nobel de la Paix) fut de restaurer la confiance en institutionnalisant la garantie collective. On peut prêter à des individus sur des projets précis, et à des petits groupes formalisés en coopératives. Le taux d’échec est inférieur à celui des banques…

Et on ne fait pas que prêter. La coopérative se structure et fait appel à des formateurs pour aider ses adhérents à acquérir des savoir-faire, devenir acteurs de leur vie, et participer aux choix stratégiques collectifs qui les concernent (tourisme, valeur ajoutée de leur filière de production…) C’est là que nous avons un rôle important à jouer. Au départ (1975) la coopérative œcuménique de développement Oikocredit a été créée par les Églises des pays du Nord, qui voulaient que leurs réserves soient utilisées avec des impacts sociaux positifs et mesurables, et ne puissent être dirigées par le « complexe militaro-industriel ».

Très vite, des particuliers ont rejoint le mouvement, et des associations de soutien se sont formées : elles sont à présent la source de 80 % des fonds investis. Des bureaux régionaux ont été ouverts permettant à des personnels locaux de gérer, avec les porteurs de projets, le montage et l’évaluation des dossiers. Les critères détaillés d’évaluation, dits ESG (Environnement, Social, Gouvernance), ont été formalisés et sont utilisés par d’autres ONG. Plus de la moitié des prêts sont faits en monnaie locale, Oikocredit assumant le risque de change.

La signification d’un prêt à moyen terme est bien intégrée, car les emprunteurs sont des partenaires. Ils savent que l’argent doit être remboursé pour pouvoir être prêté à nouveau à quelqu’un d’autre. Le prêteur sait qu’il doit soutenir l’emprunteur dans l’acquisition des compétences nécessaires, et il y consacre ses quelques points de marge, quand il en dégage. Il y a donc une attitude responsable.

La rentabilité correcte des projets permet de verser un dividende modeste mais régulier aux épargnants, qui bénéficient, en sus de la gratification, de savoir que leurs fonds aident à démarrer des foules de petites entreprises, dans des pays où un fonds de roulement de 200 euros permet de lancer son affaire.

En apportant une part de ses réserves de sécurité à la finance éthique et solidaire, l’épargnant non seulement se rend donc utile, mais il agit concrètement en améliorant les conditions de vie, en réduisant les tensions migratoires et les différentiels de revenus, en aidant à la confiance réciproque entre les peuples.

Sans parler du plaisir qu’il trouve à participer à l’accession aux responsabilités et aux transferts de savoir faire… Notons que 85 % des clients finaux sont des clientes…

www.muhammadyunus.org et www.oikocredit.fr

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Alain-Jean Loiseau

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.