Accueil / Journal / Persécutions religieuses, fanatisme et intolérance

Persécutions religieuses, fanatisme et intolérance

  En Égypte les tensions sont anciennes entre les musulmans et la communauté copte, qui représente entre 5 % et 10 % de la population et affirme descendre directement des pharaons. Mais elles ont pris une tout autre ampleur depuis cet été ; selon l’ONG Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR), au moins 25 églises ont été incendiées et des attaques ont visé de nombreuses écoles, maisons et échoppes coptes. Dans plusieurs cas, des hommes munis d’armes à feu ou de barres métalliques ont saccagé des églises et des maisons, aux cris de « Dieu est grand » et « Chiens de chrétiens ». Des reliques ont été profanées, et des graffitis tagués sur les murs selon Amnesty International.

  Toutes les religions sécrètent des intégrismes, et toutes les religions ont subi ou subissent des persécutions. Si les chrétiens payent aujourd’hui le prix fort des persécutions religieuses, les bouddhistes en Chine et au Vietnam, les musulmans en Birmanie, en Chine et en Inde, les juifs en Iran sont aussi persécutés. Les bouddhistes, que beaucoup considèrent comme les champions de la non-violence, ont aussi leurs extrémistes : en août 2013, au Sri Lanka, ils ont pris d’assaut une mosquée ; en Birmanie ils attisent la haine contre les musulmans.

  Les persécutions religieuses sont les fruits du fanatisme.

  « Pourquoi la religion engendre-t-elle ainsi le fanatisme ? », s’interroge André Gounelle (Théolib octobre 1999). Il conclut : « Le fanatisme naît toujours d’une mauvaise relation entre le fini et l’infini. […] L’amour sauve la foi du fanatisme, qui l’habite toujours plus ou moins, parce que dans l’amour la relation vient l’emporter, sans la supprimer, sur la tentation de l’absoluité et de la perfection à notre niveau, à celui du médium sacramentel, comme à celui de l’ultime ou du divin. »

  Selon les philosophes des Lumières, et particulièrement Voltaire, le fanatisme, envisagé dans ses manifestations religieuses, apparaît comme contraire à la raison, comme une passion irrationnelle, origine d’une totale intolérance, portant aux excès, à la violence. Le fanatisme et l’intégrisme sont caractérisés par l’intolérance, le refus de l’autre.

  Ce refus de l’autre, forcément différent de moi, se répand dans notre société d’une façon qui doit nous préoccuper. L’étranger devient le bouc émissaire ; les Roms sont confrontés à de graves situations d’exclusion et de précarité ; des Africains se noient au large de Lampedusa ; les regards se détournent de l’homme couché sur le trottoir… Chrétiens, que faisons-nous ?

  Anne Boud’hors, directrice de recherches au CNRS, spécialiste de langue et de textes coptes, retrace ici l’histoire des Coptes égyptiens, orthodoxes en majorité mais aussi protestants et catholiques. Chrétiens en terre d’islam, dans un pays en crise politique, ils sont aujourd’hui en danger.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Marie-Noële Duchêne

Avatar
est enseignant-chercheur retraitée en Physique (université Paris-Sud Orsay). Depuis 2004, elle s’occupe du secrétariat de rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.