Accueil / Journal / La vie éternelle dans l’au-delà

La vie éternelle dans l’au-delà

Il y a parmi les chrétiens des croyants convaincus que la vie se poursuit après la mort, d’autres qui espèrent une résurrection à la fin des temps, et d’autres encore qui pensent qu’il n’y a rien après la mort. Ces représentations de « l’au-delà » sont-elles toutes recevables ?

  L’Histoire comme nos histoires nous montrent qu’il faut se méfier de nos euphories. Combien de révolutions et de libérations ont fini dans le sang et la dictature ? Même l’élan quasi mystique de « notre » Révolution française s’est noyé dans la Terreur puis dans l’Empire avec un Napoléon qui rétablit l’esclavage. Ce qui gangrène nos élans de libération, de découverte, c’est notre appétit du pouvoir : pouvoir politique, religieux, pouvoir du savoir (« moi, je sais les autres ont tort »). L’esprit de nos idées contient sans doute les germes possibles de nos tragiques dérapages. Tout communisme risque son stalinisme, toute religion son intégrisme.

  Lorsque Paul s’adresse au Corinthiens, il ne dit rien d’autre : « Personne ne peut dire : “Jésus est le Seigneur !”, sinon par l’Esprit saint. » (1 Co 12,3b). Désigner l’Esprit comme l’inspirateur, c’est désigner Dieu comme l’ultime et non nos constructions humaines. C’est même changer le champ sémantique de la Vérité. Elle n’est plus d’ordre conceptuel ou dogmatique, mais dans le registre de l’expérience.

  Mais ce qui est curieux, c’est que ceux qui invoquent sans cesse l’Esprit aujourd’hui sont les mêmes qui veulent nous assener leurs dogmes et leurs pratiques comme LA Vérité biblique. Qui sont-ils pour prétendre tout savoir et jeter leurs anathèmes sur tout ce qui ne pense pas comme eux ? Qui sont-ils pour vouloir « guérir » au nom de l’Esprit tous ceux qui ne vivent pas comme eux ? La meilleure façon de rendre l’Esprit absent est de l’invoquer sans cesse pour justifier de ses propres idées. Nul n’a le monopole de l’Esprit, pas plus que celui du coeur.

  L’esprit n’a d’ailleurs jamais demandé à être « invoqué » pour se rendre présent. Il est cet indicible souffle discret, autant que ce dynamisme créateur de Dieu. Si l’on « ne sait d’où il vient ni où il va » (Jn 3,8), c’est précisément parce que nous avons à nous mettre à l’écoute. Ce n’est pas en parlant plus fort ou en répétant « Alléluia » à chaque minute que l’on entendra mieux l’Esprit, c’est en ouvrant ses oreilles…

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Gilles

Avatar
a été pasteur à Amsterdam et en Région parisienne. Il s’est toujours intéressé à la présence de l’Évangile aux marges de l’Église. Il anime depuis 17 ans le site Internet Protestants dans la ville.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.