Accueil / Journal / Dire Dieu aujourd’hui

Dire Dieu aujourd’hui

Dans quelques semaines, nous allons élire un nouveau président (ou présidente !) de la République. L’Église doit-elle participer à la campagne ? 

L’église a trop longtemps conservé un pouvoir politique fort, qui n’avait rien de démocratique, et dont elle a abusé. Les protestants français sont de fervents défenseurs de la laïcité qu’ils ont contribué à construire. Cela signifie-t-il que les chrétiens doivent se taire dès qu’il s’agit de politique ? « Quand je donne de la nourriture aux pauvres, on m’appelle un saint. Quand je demande pourquoi ils sont pauvres, on m’appelle un communiste », remarquait le cardinal Dom Helder Camara !

On ne trouve pas de doctrine politique spécifique dans les évangiles. Avec la « théorie des deux règnes », certains interprètent l’épisode de « l’impôt dû à César » (Mt 22,16-22) comme une injonction de bien séparer les problèmes politiques (qui s’occupent de notre vie sur terre) des problèmes théologiques (qui concernent le Royaume à venir… après notre mort).

Mais la façon dont Jésus invite ouvertement à sa table des prostituées et des collecteurs d’impôts est une prise de position politique forte. La loi juive « vous aimerez l’étranger comme vous-même » (Lv 19,34), étendue par Jésus à « aimez vos ennemis » (Mt 5,44), est éminemment politique. On peut difficilement prétendre suivre l’Évangile et entourer une nation de frontières étanches pour éviter toute immigration.

La politique est « l’administration de la cité ». Le chrétien doit, peut-être plus que tout autre, s’intéresser à l’avenir du monde. On peut légitimement être à la fois chrétien et citoyen. Pourquoi entretenir des cloisons étanches entre ces deux aspects de notre vie ? « Il est impossible dans la vie chrétienne de dissocier une vie privée et une vie publique. La personne devant Dieu est un tout et on ne peut séparer la participation à la société ou à l’activité professionnelle (qui est politique !). Nous ne pouvons pas nous désintéresser du monde dans lequel nous sommes placés, et dont nous sommes responsables devant Dieu, ainsi que des hommes au milieu desquels nous vivons », écrivait Jacques Ellul.

Alors pourquoi cette crainte de voir se mélanger Église et politique ? L’Église doit aider à la réflexion, interpeller, interroger et parfois protester. Elle manquerait à sa mission si elle ne le faisait pas.

À l’occasion de l’élection présidentielle, la Fédération protestante propose sur son site Internet (www.protestants.org) onze dossiers sur des sujets importants. Chacun peut les consulter et surtout en débattre pour avancer vers une société plus juste et plus humaine. 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Marie-Noële Duchêne

Avatar
est enseignant-chercheur retraitée en Physique (université Paris-Sud Orsay). Depuis 2004, elle s’occupe du secrétariat de rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.