Accueil / Culture / Nous n’avons pas à être des clones

Nous n’avons pas à être des clones

 

Nos lecteurs connaissent Jacques Musset qui s’est exprimé dans notre revue. Théologien à la libre démarche, Jacques Musset est « sur le parvis », comme disent les catholiques : en révolte contre la hiérarchie, tout en demeurant membre de l’Église romaine. Ces dernières années, il a publié plusieurs ouvrages qui donnent à penser et dans lesquels un protestant libéral peut trouver son miel : Être chrétien dans la modernité (Golias, 2012), Repenser Dieu dans un monde sécularisé (Karthala, 2015) et l’on ne saurait trop recommander son recueil Vers la source cachée (Olivétan, 2020) où il relève poétiquement un défi : montrer que les psaumes de la Bible peuvent parler à des lecteurs qui n’ont aucune référence religieuse.

Dans son dernier livre, Jacques Musset affronte une question que se pose tout chrétien, dès l’instant où il s’efforce d’avoir une foi intelligente et personnelle : comment vivre une fidélité créatrice à Jésus le Christ, tout en demeurant pleinement une femme ou un homme de son temps ? Dans les années 1950, le refrain des mouvements d’Action catholique était : « Qu’est-ce que le Christ ferait à ma place ? ». Mais justement, il n’y est pas ! Une telle distance culturelle et temporelle nous sépare de lui qu’il est vain de vouloir devenir un clone de Jésus ! Il nous faut inventer à son égard une fidélité qui n’appartienne qu’à nous-mêmes. Pour explorer les chemins de cette fidélité – et de cette liberté ! – Jacques Musset nous propose un exposé complet, bien documenté et novateur, en un style clair et lisible par tous. Il étaye sa démonstration en analysant avec pertinence l’apport de certains grands devanciers : le courant moderniste dans l’Église catholique, Joseph Moingt, John Shelby Spong… Mais, pour bénéficier pleinement de cet apport « nourrissant », il ne faut pas se laisser arrêter par le titre du livre – bien maladroit, il faut le dire, même s’il est emprunté à Bernard Feillet, un théologien catholique novateur. Il faut aussi dépasser l’impression que l’ouvrage n’est destiné qu’aux catholiques en voie de libération. Il est vrai que certaines pages leur sont plus spécifiquement destinées, mais le problème de la fidélité créatrice au Christ, qui fait le moteur du livre, n’a pas de frontières confessionnelles !

 Jacques Musset, Jésus a fait sa part, faisons la nôtre. Pour une fidélité créatrice, Villeurbanne, Golias, 2021, 248 pages.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.