Accueil / Journal / Prier pour la République l’exemple de la communauté juive

Prier pour la République l’exemple de la communauté juive

 

Depuis toujours, les juifs prient pour la prospérité de l’État dans lequel ils séjournent et pour ses dirigeants.

 « Recherchez la paix pour la ville où je vous ai exilés, priez en sa faveur, car votre paix dépend de la paix » (Jr 29,7), nous enjoint le prophète Jérémie. Cette obligation de prier pour le bonheur, la prospérité et la paix du pays dans lequel nous vivons, remonte à la Babylonie, après la destruction du premier temple, en 586 avant notre ère. Selon les pays et les époques, de multiples versions de cette prière ont été élaborées, en hébreu ou en langue vernaculaire, à l’intention du roi, de l’empereur ou du président.

La prière favorise l’émergence d’une conscience collective et permet d’asseoir le sentiment d’appartenance à un groupe, comme l’a si souvent écrit Émile Durkheim. La prière pour la République française est tout à la fois l’expression de l’adhésion et de la fidélité immuables à la France et aux valeurs universelles qu’elle incarne et qu’elle défend, mais aussi de la gratitude de partager une espérance et un destin communs.

La prière pour la République a la particularité d’intégrer les évolutions des enjeux et des défis auxquels la Nation est confrontée. Elle peut être effectivement modifiée, sur proposition du Grand Rabbin de France. Aussi porte-t-elle depuis 2012 une bénédiction pour les militaires qui défendent, partout dans le monde, les principes de « Liberté, Égalité, Fraternité » dictés par notre devise, et depuis 2016, la mention des forces de l’ordre, qui nous protègent sur notre territoire. Ces récents amendements permettent aux Français juifs de réaffirmer leur reconnaissance pour toutes celles et tous ceux qui s’engagent tous les jours pour protéger et défendre la Nation.

Cette prière est récitée toutes les semaines, lors des offices de chabbat, mais aussi les jours de fête, ainsi que lors des cérémonies officielles.

Chaque croyant se doit de vivre dans sa foi son engagement citoyen.

 

À propos Haïm Korsia

Grand Rabbin de France depuis 2014, est membre de l’Institut.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*