Accueil / Journal / Veille et sois prudent

Veille et sois prudent

Bien sûr, communier dans la douleur nationale des victimes du 13 novembre. Se reconnaître touché par ces milliers de fleurs et de bougies qui hurlent l’amour d’une seule voix. Admirer ce « même pas peur » qui fait écho au « n’ayez pas peur » bimillénaire de Jésus. Oui, communier et partager la tristesse de nos sœurs et frères.

Mais à quel moment la communion devient-elle autre chose ? Les peuples ont cette triste pente qui les fait parfois passer de la légitime communion dans la douleur à l’autocélébration dans la puissance.

Certes, l’appel à mettre à ses fenêtres le drapeau bleu-blanc-rouge n’a eu qu’un succès très relatif. Mais cela ne rappelle pas de bons moments de l’histoire quand seuls six députés ne votent pas l’état d’urgence et que des dizaines n’osent faire de même de peur « de ne pas être compris ». Faut-il s’inquiéter ou se rassurer que les appels au patriotisme viennent de bords politiques opposés ? Peut-être se rassurer en se disant que cela recouvre des sens différents. Mais s’en inquiéter quand la déchéance de nationalité, proposition venue de l’extrême droite, est reprise par le Président de la République.

De l’histoire de Babel à l’appel au démariage d’avec les femmes étrangères dans Esdras, la lecture de la Bible nous alerte sur la tentation de la trop grande unité, d’un seul peuple homogénéisé parlant d’une seule voix. Du refus de la religion civile sous l’Empire romain à l’Église confessante en Allemagne sous le nazisme, parfois les chrétiens ont joué les trouble-fêtes de l’autocélébration du corps social. Parce que nous ne célébrons que Dieu et que notre patrie n’est pas de ce monde. Parce que Dieu a fait un monde de diversité et pas d’uniformité. Parce que notre amour est pour Dieu et celui ou celle dont je me fais prochain surtout s’il est lointain. Pas pour des institutions humaines : drapeaux, patries, modes de vie, identités nationales.

Il ne faut jamais crier inutilement au loup, mais pas non plus s’endormir quand Jésus nous demande de veiller…

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Stéphane Lavignotte

Avatar
est pasteur de la Mission populaire évangélique à Gennevilliers (92), président du Mouvement du christianisme social et militant écologiste. Dernier ouvrage paru : Les religions sont-elles réactionnaires ? (Textuel, 2015).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.