Accueil / Journal / Le plaisir d’avoir tort

Le plaisir d’avoir tort

  Disons-le tout net : comme vous, je n’aime pas avoir tort… Eh bien j’ai tort ! Il est vrai que lorsque je découvre mes erreurs ou, pire, lorsque quelqu’un me les met sous les yeux, c’est une vague de vexation intérieure qui me traverse, une onde de honte. Parfois même, je sombre dans le déni : si, si j’avais raison, ils ont tous tort. Ou bien dans l’excuse : si j’avais tort, c’est que « on » m’avait mal informé. Le fameux « on » qui demeure dans toute société le dernier bouc émissaire. Inversement, il existe une docte jubilation à montrer à quelqu’un qu’il s’est trompé ; à ce moment-là, c’est lui qui est traversé par les sentiments que l’on répugne à avoir.

  Alors, pourquoi ai-je tort de ne pas aimer avoir tort ? Simplement parce c’est par la découverte de nos torts que l’on grandit et que l’on continue à grandir, à progresser, à mûrir, à découvrir. La meilleure manière d’avoir toujours raison est de répéter ce que l’on sait déjà, tel un perroquet bien éduqué. Et encore… parce que si « on » nous a mal appris… Bref, le tort est l’essence du chercheur, de celui qui risque de nouvelles pensées, qui ouvre de nouvelles perspectives. Et nous sommes tous appelés à être des chercheurs. Quelle jubilation intense lorsque l’on découvre un nouveau savoir, une nouvelle idée, une nouvelle vision du monde. Se coucher le soir en sachant plus de choses que lorsqu’on s’est levé le matin est une grande source de bonheur. La découverte du savoir est un excellent antidépresseur.

  D’ailleurs, si l’on parcourt les évangiles, on y rencontre essentiellement des personnes qui ont tort. Jésus ne cesse de « remettre les gens à leur place ». Les disciples ne sont pas en reste et accumulent les bourdes et les contresens. Ces récits sont notre référence. Nous avons raison de nous identifier à ces personnages, car ils nous montrent qu’il peut exister un vrai plaisir à avoir tort et à changer de compréhension. La création est un appel permanent au renouvellement.  

 Si j’ai eu tort d’écrire ce billet, dites-le moi. Cela me fera plaisir…

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jean-Marie de Bourqueney

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie. Il est actuellement à Paris-Batignolles. Il est notamment intéressé par le dialogue interreligieux et par la théologie du Process.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.