Accueil / Journal / Bible et psychanalyse

Bible et psychanalyse

  La Bible est une source de richesses inépuisable. Aujourd’hui de nombreuses méthodes de lecture ont été développées et se complètent ; citons par exemple la méthode historicocritique (étude des variantes des manuscrits, critique des sources, recherche du milieu qui a produit un texte…), l’analyse narrative (étude de la façon dont une histoire est racontée de manière à engager le lecteur dans « le monde du récit » et son système de valeurs), l’analyse sémiotique (étude du texte pour lui-même, de sa structure, des acteurs, de la logique des articulations…) et enfin la méthode psychanalytique. Cette dernière utilisant les outils et les connaissances de la psychanalyse va enrichir la compréhension des textes bibliques.

  Les Églises ont longtemps été méfiantes et même hostiles envers la psychanalyse, sans doute parce que Freud proclamait son athéisme, bien qu’il ait été un grand lecteur de la Bible. Son père Jacob, en lui dédicaçant la Bible qu’il lui offre pour ses 35 ans, fait allusion au fait que Sigmund aurait commencé à lire dans ce livre à l’âge de sept ans. Gérard Haddad, psychanalyste contemporain, affirme que la lecture freudienne est une généralisation de la lecture talmudique, art de trouver un sens caché aux paroles du texte biblique, appliquée au discours de l’humain…

  La psychanalyse vise à délivrer l’humain de ses peurs, de ses angoisses, à le faire advenir à lui-même pour l’ouvrir à des relations vraies et épanouissantes. Elle préconise l’exploration de l’héritage reçu par le psychisme de l’individu, ce qui a conduit quelques psychanalystes à se plonger dans une nouvelle lecture des textes fondateurs du judéochristianisme qui imprègnent la culture occidentale.

  Aujourd’hui les groupes d’étude de la Bible avec une approche psychanalytique sont nombreux.

  C’est en 1977 que Françoise Dolto (1908-1988) a publié L’Évangile au risque de la psychanalyse, un livre « grand public » et une démarche complètement originale à l’époque. Elle y montrait que la psychanalyse est un outil précieux pour faire pleinement apparaître le message de vie et de libération de l’Évangile (par exemple : « “Laissez les petits enfants venir à moi” ne veut-il pas dire : “Laissez vos enfants advenir à leur liberté ?” »). Elle n’était pas alors seule psychanalyste à s’intéresser à cette question : on peut citer l’abbé Marc Oraison ou le jésuite Louis Beirnaert.

  En 2012 le théologien Daniel Marguerat et la psychanalyste Marie Balmary ont innové en écrivant à quatre mains un ouvrage plein d’espérance sur le Jugement dernier, Nous irons tous au paradis, qui bannit les peurs et les angoisses de l’au-delà.

  En utilisant la lecture psychanalytique, dans une ligne freudienne, Michel Leconte, psychologue, cherche les raisons qui ont conduit les humains à imaginer un Dieu toutpuissant qu’il faudrait craindre.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Marie-Noële Duchêne

Avatar
est enseignant-chercheur retraitée en Physique (université Paris-Sud Orsay). Depuis 2004, elle s’occupe du secrétariat de rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.