Accueil / Le Blog de la rédaction / Le cardinal et l’archange

Le cardinal et l’archange

Quand l’archange du Mont Saint Michel se ternit, on le dépose, on le redore et on le remet en place avec un éclat retrouvé. On ne peut pas faire de même pour un Cardinal. Il est peu probable qu’une retraite spirituelle ou qu’un retrait provisoire rende au Cardinal Barbarin l’audience et l’autorité qu’il avait.

Naguère, quand une affaire gênante touchait un grand personnage, on l’étouffait soigneusement. Un rang élevé dans la société protégeait. Aujourd’hui, plus on occupe une place en vue, plus on est vulnérable et plus on est affecté par des soupçons, justifiés ou non.

D’un côté, c’est normal : quand par négligence, manque de lucidité ou de courage on laisse faire des pédophiles, c’est une faute grave. Il n’y a aucune raison qu’on ait de l’indulgence pour ceux qui occupent de postes importants ; leur situation, loin de constituer une excuse, est plutôt une circonstance aggravante.

De l’autre côté, c’est injuste. Si l’enquête montre que le Cardinal a fait tout ce qu’il devait, il n’en sera pas moins durement et durablement atteint. Parce qu’il est une statue, l’archange est recyclable ; pour un « lampiste » mis en cause et innocenté il reste des traces le plus souvent minimes ; dans le cas du Cardinal, parce qu’il est un prince de l’église, on risque d’entrer dans de l’irrémédiable. Il en va ainsi chez les hommes. Seule la justice de Dieu est bienfaisante; et elle pardonne, répare, restaure, reconstruit les uns comme les autres, ce que nous ne savons pas faire.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos André Gounelle

Avatar
est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.