Commémorer ?

Au lendemain de la défaite de 1870, Gambetta, à propos des « provinces perdues » et d’une éventuelle revanche, aurait dit : « Y penser toujours, n’en parler jamais ». Consigne curieuse puisque ce que l’on tait risque de disparaître de notre horizon et que « mettre des mots », nous le savons aujourd’hui, aide à affronter souffrances et problèmes. On n’a vraiment pas choisi la discrétion pour les événements de janvier 2015 ; on les a abondamment commémorés. Je me suis demandé (question inconvenante ?) si on n’en faisait pas trop et si on n’entretenait et n’envenimait pas des plaies plus qu’on ne les soignait ou soulageait.
Le christianisme commémore beaucoup. Noël, Pâques, Pentecôte entendent préserver de l’oubli et rendre présents des événements passés. Quand Jésus, le soir de son arrestation, distribue à ses disciples le pain et le vin, il dit « faites ceci en mémoire de moi ». C’est bien un « mémorial » ; mais les textes précisent tout de suite que ce mémorial oriente vers un avenir, celui du Royaume de Dieu, qui y mettra fin (il en est à la fois la finalité et le terme). De même, les « fêtes » sont là tout autant pour annoncer ce que Dieu fera que pour rappeler ce qu’il a fait.
Les commémorations « républicaines » des assassinats terroristes de 2015 appellent-elles notre société à un avenir différent ? Je le souhaite, et alors elles sont utiles, mais n’en suis pas sûr. Ce qui me parait certain c’est que si ce n’est pas le cas, elles sont dérisoires et insignifiantes.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos André Gounelle

Avatar
est pasteur, professeur honoraire de l’Institut Protestant de Théologie (Montpellier), auteur de nombreux livres, collaborateur depuis 50 ans d’Évangile et liberté.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.