Accueil / Le Blog de la rédaction / Reste avec nous…

Reste avec nous…

Une histoire biblique que j’affectionne particulièrement est celle des disciples d’Emmaüs (Luc 24 : 13-35) le jour de la résurrection, ce récit de la rencontre entre deux disciples en pleine discussion qui redescendent de Jérusalem dans leur village, avec un étranger qui les rejoint dans leur marche et échange, chemin faisant, avec eux deux. Ils ne reconnaissent pas Jésus dans cet étranger qui les rejoint. On sent qu’il va se passer quelque chose !

D’ailleurs, je me suis depuis toujours étonné que les représentations de cette rencontre dans les tableaux de maîtres des musées, sur les vitraux d’église ou même dans les livres d’enfants avait toutes sans exception un point commun : Jésus rejoint deux hommes qui rentrent dans leur village et l’accueillent chez eux ! Je m’en suis toujours étonné car pour moi ces deux disciples ont, dans ma représentation de la scène, toujours été plutôt un couple.

Un seul est nommé dans le texte : Cleopas. Peut-être que si l’autre disciple n’est pas nommé, c’est parce qu’il est une femme ? Elle pourrait même bien être cette « Marie femme de Cléopas » qui accompagne la mère de Jésus au pied de la croix ? (Jn 19 :25)

Et leur discussion animée sur le chemin s’imagine dès lors très bien ! Avec monsieur plutôt pessimiste et abattu suite à cette mort de leur maître et d’avoir à renoncer à tous leurs rêves, de royaume de Dieu qu’ils croyaient là… Et madame qui défend plutôt l’argument enthousiaste des femmes et leurs visions qui ont annoncé le Christ vivant !

Jésus les aborde, comme très souvent avec une question. Et leur réponse lui permet de comprendre qu’ils sont complètement passés à côté du sens et du rôle du Messie. Il s’en étonne même : ô hommes sans intelligence dont le cœur est lent à croire… [Ici le mot « homme » n’existe pas en grec. Il y a un vide : Ô… sans intelligence… On peut y mettre ô gens, ou son prénom si on veut, mais il n’est pas question du sexe des disciples].
Et voilà Jésus qui reprenant toutes les écritures (la Torah) vient par une étude biblique vibrante de vie, mettre pour ce couple du sens et de l’esprit dans la lettre afin d’éclairer pour eux les événements récents.
Ils en sont vivement touchés.
Les voilà arrivés chez eux. Et lui continue sa route. Il ne s’impose pas. Ni chez eux, ni chez nous !
A ses oreilles, ce « reste avec nous » que lui adresse ce couple est comme une prière à laquelle il ne résiste pas. Et l’étranger entre donc avec eux pour rester !

L’histoire continue et c’est dans le plus quotidien, le repas, que sa présence/absence se révèle. Comme elle se révèle dans cet étranger auquel nous avons ouvert notre porte, dans ce pain partagé avec celui qui a faim… Dans cette visite spontanée à ceux qui sont seuls… Et dans ces moments là…
Comme le remarque le couple de notre histoire, « notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous ? »

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Stéphane Desmarais

Stéphane Desmarais
est pasteur de l'Eglise Protestante Unie de France à Londres

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.