Accueil / Journal / Libre examen

Libre examen

 

L’expression de libre examen ne se trouve pas sous la plume des Réformateurs au XVIe siècle. Elle n’apparaît même pas dans les controverses très dures opposant au XVIIe siècle catholiques et protestants (Bossuet, Jurieu, Bayle, etc.). Les protestants ne l’utilisent pas alors pour se définir par rapport au magistère et à l’autorité romaine ; ni les catholiques pour attaquer un subjectivisme rationaliste dans l’exégèse protestante.

Ce qui est défendu par les Réformateurs, c’est l’examen et cela conformément à 1 Th 5,21 : « Examinez tout et gardez ce qui est bon. » Pour les Réformateurs, ce verset signifie que les assertions dogmatiques, pontificales ou conciliaires, doivent être examinées, jugées, éprouvées par la Bible. Mais cette entreprise ne peut se faire que dans l’éclairage du Saint-Esprit. L’examen n’a pas de rapport évident avec ce que l’on entend par le libre examen. Ce dernier en effet n’est pas pratiqué à la lumière de l’Esprit de Dieu, mais bien à celle de la raison humaine. C’est Rousseau, au XVIIIe siècle, dans ses Lettres écrites de la montagne qui va utiliser l’expression de « libre interprétation » pour lire la Bible. Là, l’action du Saint- Esprit devient celle de notre raison. C’est au XIXe siècle que l’on parle clairement, en matière religieuse et de critique biblique, de libre examen. On trouve par exemple cette expression en 1820 dans l’œuvre du pasteur libéral de Nîmes Samuel Vincent à l’occasion de sa controverse avec Lamennais et son Essai sur l’indifférence.

Ce débordement (passer de l’examen au libre examen) est un fait historique. Cela dit, on pourrait montrer que la notion initiale d’examen, avec sa dimension critique et sa prévention à l’égard des autorités doctrinales, portait déjà en germe celle de libre examen. Si Luther et Calvin ont été des Réformateurs, ils ne furent pas exactement protestants au sens où nous l’entendons aujourd’hui après avoir vécu le Siècle des Lumières.

 

À propos Laurent Gagnebin

docteur en théologie, a été pasteur de l'Église réformée de France, Paris ( Oratoire et Foyer de l'Âme ) Professeur à la Faculté protestante de théologie.Il a présidé l’Association Évangile et Liberte et a été directeur de la rédaction du mensuel Évangile et liberté pendant 10 ans. Auteur d'une vingtaine de livres.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.