Accueil / Journal / Abonnement / La faiblesse ne rend pas faible

La faiblesse ne rend pas faible

Si la pandémie que nous traversons nous montre les faiblesses de systèmes de pensée voire même de nos idéologies, il faut reconnaître que, paradoxalement, l’individu, lui, est appelé à être toujours plus fort. Dans un système de santé à la faiblesse criante, les infirmiers doivent êtres des super-héros des temps moderne. Et c’est chacun qui est invité à monter qu’il est fort pour ne pas laisser la pandémie vaincre. Et pourtant n’y a-t-il pas dans la faiblesse quelque chose qui s’expérimente et permet à l’humain de se comprendre autrement que comme fort ou faible ?

Ce contenu est uniquement disponible pour les abonnés

Connectez-vous Acheter le numéro

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Débora Mistretta

est pasteure de la paroisse de Boofzheim, dans la région du Ried (Alsace). Elle a eu l’occasion d’étudier le théâtre au conservatoire de Strasbourg. Aujourd’hui elle met à profit cette passion pour le théâtre et ces compétences au sein de l’Église, par sa participation en tant que metteur en scène dans la compagnie des particules qu’elle a créée en 2016.