Accueil / Éditorial / On ne peut être étonné qu’aujourd’hui

On ne peut être étonné qu’aujourd’hui

encore, le libéralisme théologique reste méconnu, malgré les efforts des différentes confessions pour faire connaître ce courant de pensée, de réflexion et de recherche. Il est navrant de constater que, lorsque cette pensée théologique est développée, elle reste l’affaire d’une élite, ou bien demeure confidentielle. On taxe de « trop » ou de « pas assez » libéral, on finit par oublier que le libéralisme se décline en une palette de couleurs nuancées que bien des peintres nous envieraient. Dans notre contexte marqué par le retour des intégrismes de tous bords, le religieux s’affiche plutôt par la violence. Le confort de l’obscurantisme, mais aussi celui des « kits » du prêt-à-croire, qui dispenseraient de la réflexion, de la discussion, reste tapis à la porte des églises. Si on ne naît pas forcément libéral, rien n’empêche de le devenir, en faisant travailler nos cellules grises dans tous les domaines, en prenant soin de faire entendre les grandes pointures comme d’encourager les voix plus timides. Les libéraux semblent minoritaires dans le monde actuel mais ce n’est une raison ni pour se taire ni pour déclarer forfait. Tant pis si parfois ils se font les porte-parole de situations par trop réalistes. Il est important de faire connaître le libéralisme théologique à la nouvelle génération qui devrait pouvoir, le moment venu, s’approprier la pensée libérale de sa confession ou de sa religion pour la décliner avec ses propres mots. Le libéralisme est une sorte de poil à gratter du religieux, des dogmes et de la spiritualité, qui rappelle sans cesse qu’une vérité, pour qu’elle soit vivante, ne peut être détenue par personne. Et si tous les libéraux songeaient à s’allier pour partager ce qui les fait vivre, peut-être seraient-ils en mesure d’inventer de nouvelles façons de faire corps ? À l’heure du couvre-feu, du télétravail ou d’un prochain reconfinement, cela peut sembler audacieux, mais divinement créatif et stimulant. Une forme de résistance.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Agnès Adeline

Avatar
est pasteure de l’Église protestante unie de France à Paris (Oratoire), et aumônier à la Maison d’arrêt des femmes, à Versailles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.