Accueil / Journal / L’Église Protestante de La Réunion

L’Église Protestante de La Réunion

 

Une belle soirée étoilée, un ciel dégagé, quel beau tableau vivifiant, rassurant. Laissant gambader nos pensées à des souvenirs d’antan de contemplation du ciel étoilé, et pourtant, à un moment donné, tout est changé… Ce moment qui devait être rassurant et vivifiant s’est transformé en une certaine confusion et en perte de repères. Nous étions dans un face à face différent avec la lune, entourées d’étoiles que nous n’avions pas l’habitude de voir ! Et ce nouveau face à face n’est pas sans conséquences pour nous.

Se projeter vivre sur l’île de la Réunion avec un imaginaire foisonnant sans réelle prise et vivre à la Réunion réellement opère un déplacement qui donne une « vue d’ailleurs ! » sur bien des points.

L’Église Protestante de la Réunion (l’ÉPR), une foi vécue dans la joie

Nous sommes bien loin de ce regard cévenol que nous avions, où le protestantisme se révèle être ancré dans son histoire, celle des huguenots, de la terre d’accueil, du refuge, où l’identité du protestant réformé est une identité socialement forte, et où il n’est pas besoin d’être réellement croyant ou pratiquant pour affirmer avec fierté être protestant. Être protestant sur l’île de la Réunion donne un autre regard et révèle être bien d’autres choses. L’ÉPR est jeune en tant qu’Église et elle est très peu connue au regard de la place qu’occupe l’Église catholique.

Difficile de trouver une identité protestante commune tant les origines de ses membres qui se réunissent sont différentes : métropolitaine, allemande et principalement malgaches. Avec toute cette diversité, la différence majeure avec nos Églises de métropole est qu’aucune anxiété ou souffrance n’est ressentie quant au fait de faire grandir ou rajeunir l’Église. Il n’y a sans doute pas plus de jeunes protestants, ni plus de grandes foules dans les cultes, mais la foi se vit simplement et dans la joie, heureuse d’entendre l’Évangile. L’Église n’est pas un but en soi mais elle est simplement au service de l’Évangile.

Le Centre Martin Luther King (le CMLK), une foi vécue dans l’action

Ce service de l’Évangile se vit aussi dans le désir d’un engagement social qui prendra corps avec le CMLK dans le sud de l’île, dans le quartier bien nommé de Terre Sainte. Ce centre paroissial sera aussi un lieu de service d’assistance et de bienfaisance aux personnes en difficultés. Il aura pour vocation d’incarner une parole d’espérance et d’être un lieu de rencontre, d’échange, d’écoute, de soutien, d’aide et de convivialité. Cette belle perspective est une expérience d’un Évangile incarnée, attendue et souhaitée par l’ÉPR.

L’interreligieux sur l’île, une foi vécue au milieu des autres

Cette incarnation de l’Évangile se vit dans un contexte culturel et religieux bien différent de la métropole. L’histoire de la Réunion nous permet de le comprendre. L’île a commencé à se peupler il y a 370 années, et depuis lors sont arrivés différents groupes d’immigrations avec leurs croyances et leurs cultures, ce qui en fait une île diversifiée et métissée. Plusieurs religions coexistent : le catholicisme majoritaire, les cultes des ancêtres des marrons esclaves, l’hindouisme arrivé avec les indiens engagés (voir l’histoire de l’engagisme qui succède à l’esclavagisme), l’islam, un faible judaïsme et le protestantisme. Et il n’est pas rare qu’une personne vive sa foi dans différents lieux religieux en parfaite harmonie.

On peut citer l’homme politique réunionnais Cyrille Hamilcaro : « À la Réunion on peut affirmer que la religion se vit et ne se discute pas, donc elle ne se dispute pas ».

Cette île bat au rythme de grandes fêtes religieuses ou civiles qui se vivent au travers de manifestations publiques accompagnées par les municipalités, sur un même pied d’égalité. De nombreuses activités artistiques, culturelles, culinaires viennent colorer ces événements, ce qui rassemble croyants et non croyants, pour être en joie ensemble. Mais cet équilibre reste fragile, car avec l’arrivée de nombreux « métros », arrive aussi le laïcisme qui cherche à introduire une laïcité dure et athée.

  Regard croisé avec le Christ

Se déraciner de sa propre histoire, être loin de sa famille, de ses amis, de ses repères est une expérience de foi bouleversante, où il y a bien un « avant » et un « après ». Si nous ne sommes pas hermétiques au changement, cette expérience fait bouger, fait réfléchir, et donne à avoir un regard changé, différent, qui aide à élargir l’espace de notre tente ! Tout comme Jésus a vécu une expérience bouleversante, en se laissant rencontrer par la syro-phénicienne, qui venait d’une autre culture et d’une autre religion, nous restons confiants dans ce nouveau face à face avec la lune et ancrons notre foi dans l’Évangile.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Caroline Cousinié

Caroline Cousinié
est pasteure de l’Église Protestante Unie de France, envoyée à l’Église Protestante de la Réunion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.