Accueil / Journal / Un regard centrafricain sur des Églises françaises

Un regard centrafricain sur des Églises françaises

 

Je suis en contact avec l’Église Protestante Unie de France (ÉPUdF) et l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine (UÉPAL) depuis plus de quatre ans et, en tant que pasteur originaire de Centrafrique, je me suis dit qu’il y a certainement matière à réflexion. Mais il s’agit là d’un sujet difficile et délicat, en raison d’une vision restreinte du protestantisme français, puisque s’appuyant uniquement sur un passage dans dix paroisses. Celles-ci m’ont cependant épaté sur bien des points et me conduisent vers l’optimisme sur leur avenir.

 Le protestantisme : une « liberté »

En France, le pasteur a toute liberté pour s’exprimer et agir dans sa paroisse ! Comme cela se fait dans la culture protestante, ses paroissiens ont toute latitude pour faire part de leur esprit critique quant aux textes qui leur sont proposés et aux prédications du dimanche. En effet, il est courant qu’après le culte, un paroissien vienne voir le pasteur pour avoir des explications complémentaires sur sa prédication ou pour lui faire part de son avis, quel qu’il soit. Cela montre que pour les paroissiens, la prédication n’a rien de dogmatique ou de moralisateur, mais qu’elle est un support pour les échanges. Il est important qu’ils puissent avoir une opinion contraire à celle du prédicateur. Cela veut dire que le pasteur a en face de lui des personnes qui s’interrogent, ce qui, semble-t-il, lui permet de faire, dans un certain sens, son auto-critique afin d’opérer un dépassement. Cet esprit de liberté, cher au réformateur Martin Luther, est vraiment enraciné dans le protestantisme français. En effet, la prédication doit être un support de dialogue, voire de contradiction constructive, permettant à tous les interlocuteurs de grandir dans la foi. D’où l’importance de la prédication lors des cultes dans les paroisses protestantes de France. Il est de ce fait primordial que les prédicateurs soient formés pour répondre à l’attente des paroissiens.

 Les Paroisses protestantes, un esprit communautaire

Mon ministère m’a amené à vivre une expérience d’amour et d’espoir, née d’une forte fraternité. J’ai compris que le protestantisme français est une religion liée au mystère de Dieu et à ses relations avec les hommes de toutes cultures, ce que j’ai relié au terme « communauté ». En plus de l’esprit de communauté, la solidarité paraît être une autre composante de l’esprit paroissial. En effet, les paroissiens sont dans l’ensemble assez proches les uns des autres, ce qui est profitable aux paroisses. De plus, ils partagent des convictions chrétiennes traduisant un certain engagement social, autre caractéristique du protestantisme en France. Malgré cet esprit de liberté et de communauté, la vigilance est de rigueur au sein des paroisses, car les diverses théologies n’y sont pas toutes admises, alors même qu’on y fait preuve d’un esprit d’ouverture. Cela est un enjeu fort pour le protestantisme français.

 Quel avenir pour les paroisses protestantes de France ?

Il y a une réelle inquiétude à avoir, et ce pour trois raisons : la crise des vocations pastorales, la diminution régulière du nombre de fidèles pratiquants et la fermeture de temples. Mais le milieu protestant français peut encore espérer en son avenir dans la mesure où il peut compter sur des paroisses qui, malgré leurs problèmes, font de leur mieux pour exister. Et peut-être faudra-t-il recréer ou réinventer l’approche théologique, ecclésiologique et pastorale à l’intention des paroissiens. Les responsables de l’UÉPAL se sont déjà engagés dans cette voie, il en va certainement de même pour l’ÉPUdF aussi. Par ailleurs les paroisses auront un défi à relever, et ce dans trois directions essentielles : la mutualisation des moyens, humains et matériels, le regroupement de paroisses, et la mobilité des pasteurs.

Je conclurai en disant que l’avenir peut paraître incertain mais nous pouvons faire confiance à nos communautés qui sauront réagir et retrouver un cap par leur foi en Dieu.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Rodolphe Gozegba-de-Bombémbé

est né en Centrafrique, où il a été pasteur de l’Église évangélique Béthanie de 2006 à 2014, avant de venir étudier à l’Institut Protestant de Théologie (faculté de Paris) où il prépare un doctorat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.