Accueil / Culture / Pour un Évangile intégral

Pour un Évangile intégral

 

Notre ami Laurent Gagnebin, ancien directeur de la rédaction, vient de publier un très beau livre consacré à une personnalité éminente du protestantisme français : William-Frédéric dit Wilfred Monod (1867-1943) – le père de Théodore, « l’homme du désert » et avec lui, le créateur du « tiers-ordre » protestant des « Veilleurs » , en même temps qu’une figure de proue du Christianisme social. Laurent Gagnebin, qui avait déjà consacré plusieurs ouvrages très documentés sur Wilfred Monod, issus de sa thèse de doctorat en théologie, a réussi à produire ici un petit livre d’agréable lecture mais qui donne vraiment à penser et à prier !

Cette biographie, en effet, ne se contente pas de repérer les influences fondatrices (celle notamment de Tommy Fallot) et de retracer les étapes du ministère de Monod (dans les paroisse de Condé-sur-Noireau, de Rouen et de l’Oratoire du Louvre à Paris, à la faculté de théologie de Paris dans la chaire de théologie pratique). En citant des extraits de ses prédications et de ses nombreuses publications, l’ouvrage permet aussi au lecteur de suivre le parcours théologique et spirituel de Wilfred Monod ; et surtout, il lui donne de rencontrer cette personnalité attachante : tout à la fois un homme très « engagé » et un grand spirituel, pour ne pas dire un mystique.

La théologie de Monod, enracinée dans la notion de Royaume de Dieu et les exigences de justice des prophètes du Premier Testament, est à la fois christocentrique et messianique, et elle inspire tout autant l’action que la prière. Pour Monod, la prière n’est pas « un effort désespéré pour fuir le monde et boire le narcotique de la mysticité » . « Prier, écrit-il de façon paradoxale, c’est exaucer Dieu » . Il ne s’agit pas de demander à Dieu d’exaucer nos prières, mais de nous demander si nous exauçons Dieu, c’est-à-dire si nous faisons vraiment sa volonté ! Pensons notamment à la demande du pain quotidien dans le Notre Père, qu’on ne devrait jamais formuler sans prendre conscience de ses implications sociopolitiques. Pour Monod, « le christianisme social coule invariablement, intarissablement du christianisme spirituel. »

La réflexion sur l’Église a une grande place dans la théologie de Monod. On devine que pour lui, l’institution ecclésiale – « l’Église visible » (pour reprendre la formule traditionnelle) – n’est pas une fin en soi. Pour lui, l’hérésie par excellence – une hérésie finalement païenne – c’est de « vouloir confiner l’Église dans la liturgie, le rite, la piété individualiste ou l’émotion mystique » , tout autant que dans le dogmatisme, qu’il surnomme avec humour « doctrinarisme » . L’Église doit demeurer un mystère, le prolongement de l’Incarnation du Verbe et la préfiguration du Royaume de Dieu ; on ne saurait l’enfermer dans une forteresse de concepts et de raisonnements. Cependant Monod n’en a pas moins lutté ardemment en faveur de l’oecuménisme : il a contribué à la création de l’Église Réformée de France comme de la Fédération protestante et participé avec enthousiasme aux Conférences de Stockholm (1925) et de Lausanne (1927), étapes capitales dans la création du Conseil oecuménique des Églises.

On notera enfin que l’un des mérites du livre de Laurent Gagnebin est de permettre au lecteur de situer clairement la pensée et l’engagement de Monod par rapport au courant du protestantisme libéral qui s’est réclamé de lui, bien plus que lui-même ne s’en est réclamé ! Monod a écrit à plusieurs reprises dans Évangile & liberté qui, dès 1925, avait pour sous-titre et devise : « organe de rénovation spirituelle et d’action sociale évangélique » . On peut considérer en effet que, sans un engagement sociopolitique résolu – appelons-le Christianisme social si l’on veut – on n’est pas vraiment au service d’un « Évangile intégral »

 Laurent Gagnebin, Wilfred Monod. Pour un Évangile intégral, Lyon, Olivétan, 2018, 116 pages.

 

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.