Accueil / Agir / Association Espoir Colmar Un pasteur au secours des marginalisés

Association Espoir Colmar Un pasteur au secours des marginalisés

 

302-06ateliers-espoir-rep-velos-ph-c-motschPourquoi avez-vous créé l’association Espoir ?

Bernard Rodenstein : Je voyais tous les jours des SDF devant le presbytère. Il s’agissait de jeunes majeurs virés de chez eux après le service militaire, d’autres jeunes sortant des orphelinats qui ne savaient pas où aller, et aussi de clochards.

Face à ce public, je ressentais une frustration. Comment faire ? Donner de l’argent ou ne rien donner ? J’en ai parlé à des collègues pasteurs et prêtres, ils m’ont dit qu’ils avaient tout essayé et rien n’avait marché. En fait, tout le monde s’accommodait des exclusions sociales.

Avec quelques amis, nous avons réfléchi pour essayer d’aller plus loin. Pour cela, nous avons rencontré la communauté Emmaüs de Cernay et nous avons fondé notre association en 1973.

Nous avons créé une première structure d’hébergement mais cela ne suffisait pas. Il fallait aussi réaliser un travail pédagogique, retisser les liens, aider les personnes à avoir « confiance en soi ».

À partir des années 1978/1979, nous avons connu en Alsace un chômage de masse. Il fallait répondre à un public nouveau : surtout des jeunes passablement abîmés, n’ayant pas de revenu. Nous avons donc associé accompagnement, écoute et travail. Aujourd’hui, notre association comprend une centaine d’emplois.

Votre association s’est depuis diversifiée ; quelle réponse à la précarité sociale avez-vous développée ?

Nous avons mis en place une prise en charge de la personne dans son intégralité en incluant animations sociales et sportives. Pour les personnes les plus fragiles, nous avons développé un accompagnement de très longue durée en créant des emplois solidaires dans un lieu de vie isolé. Il s’agit d’un gîte pour des promeneurs, pour des groupes. Depuis un an l’espace Stéphane Hessel reçoit des séminaires. Les personnes qui sont en situation de longs séjours sont toutes impliquées dans l’accueil (elles travaillent en cuisine, en salle, elles servent les repas). Nous avons tout fait pour favoriser les rencontres. Au moment des pauses, les contacts se font très naturellement, les personnes en souffrance sont accueillantes.

Votre association s’occupe d’autres personnes meurtries par la vie, les prisonniers et les prostituées ; quel travail faites-vous auprès d’elles ?

J’ai été aumônier des prisons pendant de longues années. Forts de cette expérience, nous avons développé un travail à l’intérieur des prisons : une bénévole de notre association propose un atelier d’écriture.

Nous accueillons aussi les personnes qui purgent des peines alternatives à l’emprisonnement, en partenariat avec les services sociaux de l’administration. Enfin, nous hébergeons ceux qui sortent de prison. Concernant le travail auprès des prostituées, il a commencé dès la création de notre association. Aujourd’hui, les prostituées sont surtout des femmes originaires d’Europe de l’Est. Nous avons établi des contacts avec elles en apportant café et préservatifs. Nous les défendons judiciairement si elles sont victimes de violence de la part de leurs souteneurs. Enfin, nous travaillons aussi, pour celles qui le souhaitent, vers une sortie de la prostitution.

Votre association a-t-elle des liens avec le protestantisme local ?

Dès l’origine, l’association a eu comme membres des protestants, des catholiques, des athées. Nous avons choisi de rester à distance de l’institution ecclésiastique pour préserver notre liberté de parole et d’action. Par contre, plusieurs communautés protestantes, ainsi que des pasteurs, soutiennent l’association Espoir. (Propos recueillis par Jean-Paul Augier) http://www.association-espoir.org

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Bernard Rodenstein

né en 1942, a été pasteur de paroisse à Colmar de 1967 à 1986. Ancien vice-président de la Cimade et de la fédération de l’Entraide Protestante, ancien conseiller municipal, il est président- fondateur de l’association Espoir, de Colmar.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.