Accueil / Éditorial / « L’esprit de janvier »

« L’esprit de janvier »

Violence, non-violence, non-puissance

Violence, non-violence, non-puissance

Ainsi fut nommé par beaucoup ce mouvement de foule et d’opinion qui, par réaction à la barbarie, (re)découvrit les valeurs fondamentales de notre société, en tête desquelles la liberté. Certains employèrent le mot d’humanisme. Oui, désormais nous sommes tous humanistes, croyant en la valeur de l’être humain, en sa capacité à construire un avenir radieux, ou à défaut moins laid… Même dans nos Églises, en tout cas dans leurs paroles publiques, cela se fit sentir. Soit ! Et tant mieux. L’humanisme et la liberté enfin réaffirmés. Mais qui défend ces valeurs depuis longtemps ? Qui défend l’affirmation que la diversité est une belle chose ? Qui, avant même que notre société ne soit devenue mondialisée, affirmait que l’on ne peut pas penser tout seul, dans le magistère de ses institutions ? Qui préfère revisiter ses discours sur l’être humain plutôt que de répéter des dogmes ancestraux et poussiéreux ?

Autrement dit, cet « esprit de janvier » nous va bien ! Notre mensuel affirmera toujours ses convictions libérales, c’est-à-dire réconciliant la foi et la raison, la théologie et l’humanisme. Nous redirons avec force la valeur de l’être humain, de sa capacité à faire le bien, à explorer des nouvelles pistes, à imaginer un nouveau monde. Nous refuserons l’idée selon laquelle, au nom de la Toute- Puissance de Dieu, l’homme ne serait rien par lui-même, ou presque. Mais nous resterons vigilants, dans un dialogue toujours critique. Nous préférerons les débats, même incisifs, au consensus mou d’une pensée verbeuse. Nous continuerons aussi à lire et à relire, à scruter et à re-scruter les textes bibliques comme s’ils étaient nouveaux, sans nous enfermer dans deux mille ans de tradition magistérielle ou de littéralisme simplificateur et bêtifiant. Et parce que nous sommes libres vis-à-vis de l’Évangile, nous serons libres avec nos contemporains, libres de les critiquer, libres de nous faire critiquer et libres de les aimer. Réellement et tous les jours.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jean-Marie de Bourqueney

Avatar
est pasteur de l’Église protestante unie. Il est actuellement à Paris-Batignolles. Il est notamment intéressé par le dialogue interreligieux et par la théologie du Process.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.