Accueil / Journal / Conversion

Conversion

  La conversion est malheureusement associée à une piété de style « born again ». Elle évoque la culpabilité, le rigorisme voire l’exaltation sectaire. Une rapide lecture de la prédication du Baptiste semble confirmer cette mauvaise réputation.

  Pourtant le terme grec « métanoïa » suggère bien autre chose. Il qualifie ce qui est au-delà de l’intelligence ordinaire. En Luc 3,4-5, une citation d’Ésaïe illustre cette « métanoïa ». Il est question d’aplanir ce qui est raboteux, de combler des trous, d’ôter des obstacles, de redresser ce qui est tordu afin que « toute chair voie le salut de Dieu ». Il s’agit d’un appel à élargir notre conscience ordinaire afin d’accéder à l’horizon de la transcendance. Ce que la conversion entend faire monter au coeur de l’homme, c’est l’émerveillement.

  Sommes-nous capables de nous émerveiller ? Enfants, nous le faisions spontanément, mais une fois devenus adultes nous avons oublié. Henri Matisse répétait qu’il faut regarder toute la vie avec des yeux d’enfants. Se convertir, c’est apprendre à distinguer, au-delà de la banalité quotidienne, les signes d’une présence et le sceau d’un mystère. Plutôt que d’envisager notre existence de manière désenchantée, plate et étriquée, apprenons à la voir sous l’angle d’un miracle quotidiennement renouvelé et visité par la promesse d’un ailleurs.

  La conversion dit que la vie humaine n’est pas close sur elle-même. Elle s’ouvre au contraire sur la profondeur de la transcendance. Le véritable appel à la conversion, c’est l’appel du large…

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Vincent Schmid

est pasteur dans l’Église protestante de Genève.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Évangile et Liberté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading