Accueil / Éditorial / où sont les femmes ? Se demandent certaines

où sont les femmes ? Se demandent certaines

féministes en parlant des religions. Soyons honnêtes, leur questionnement n’est pas illégitime. Il est insupportable que les femmes soient presque invisibles dans les instances qui représentent le catholicisme, le judaïsme et l’islam. Je ne peux toujours pas comprendre que les femmes n’aient pas le droit de devenir prêtre au prétexte que les disciples de Jésus étaient tous des hommes, mais que des non-circoncis puissent le devenir alors que tous les disciples l’étaient. Et que des femmes aient suivi Jésus jusqu’au pied de la croix alors que les hommes avaient fui, ça n’a aucun poids ? N’oublions cependant pas que les femmes sont moins à plaindre dans le catholicisme que dans certains courants du judaïsme ou de l’islam. Le 8 mars, chaque année, c’est la journée internationale des droits des femmes et Dieu sait qu’il nous reste, dans nos traditions religieuses, bien du travail.

Mais il ne faudrait pas que notre appartenance à une religion perçue comme rétrograde nous leste, nous rende timides. Nous n’avons pas à nous excuser d’être croyants et nous sommes des citoyens à part entière, c’est pourquoi je me sens libre de contester des positions dites féministes quand je les juge ineptes. Oui le monde du travail est encore truffé de discriminations, mais les femmes n’ont pas besoin de discrimination positive ni de postes réservés, elles sont tout aussi compétentes que les hommes. L’accord donné aux hommes qui se revendiquent femmes de participer aux compétitions féminines tuera le sport féminin. Le français n’est pas sexiste, pas plus que n’importe quelle autre langue, le langage dit inclusif repose donc sur des bases fausses. Les journalistes femmes qui sont en couple avec des hommes politiques ne perdent pas leur cerveau le jour de leur mariage et n’ont pas à choisir entre vie personnelle et professionnelle. Que Dieu croie en moi comme il croit en chaque homme me donne une force que personne n’arrête.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Abigaïl Bassac

est titulaire d’un master de l’École Pratique des Hautes Études (section des sciences religieuses) et étudiante en master de théologie à Genève. Elle est assistante des enseignants à l’Institut Protestant de Théologie et directrice de la rédaction d’Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Évangile et Liberté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading