Accueil / Culture / La vive Parole

La vive Parole

 

Évangile & liberté a publié en avril 2017 un dossier intitulé : John S. Spong, théologien libéral. Le pasteur Gilles Castelnau et Abigaïl Bassac nous introduisaient à la pensée de cet ancien évêque épiscopalien des États-Unis, âgé aujourd’hui de 88 ans, qui a consacré son ministère à repenser la foi chrétienne dans la modernité de notre temps. Celle-ci est caractérisée par les nombreuses découvertes scientifiques en tous domaines qui ont bouleversé notre compréhension ancienne du monde, de l’homme, et également de Dieu et de Jésus, telle qu’elle est exprimée dans la Bible. En effet, grâce à l’exégèse historico-critique, mise au point au cours des trois derniers siècles, les textes bibliques ne peuvent plus être lus d’une manière littérale, sous peine de contresens. Le combat de John S. Spong contre le fondamentalisme et pour une réinterprétation de la foi chrétienne à notre époque a été et demeure sans concession. Ses vingt-cinq livres, dont sept sont traduits en français, en témoignent.

Dans l’un de ses derniers livres, Spong déclare avoir été inspiré par les travaux du Jesus Seminar américain et avoir consacré cinq années de sa retraite pour écrire sur le quatrième évangile.

Que met-il en relief ? Selon lui, l’évangile de Jean aurait été écrit au sein d’une communauté chrétienne d’origine juive qui a fréquenté la synagogue jusqu’à la fin des années 80 avant de s’en faire mettre à la porte. Il lui fallait alors exprimer sa foi en Jésus, en soulignant son originalité et sa fécondité par rapport à la foi juive traditionnelle, reposant sur le respect des pratiques de la Loi. L’auteur (les auteurs) s’en démarque franchement. Revient souvent l’expression « les juifs » pour désigner les responsables juifs qui les ont mis dehors.

John S. Spong emprunte la clef d’interprétation à un courant mystique juif de l’époque. Ce qui veut dire qu’il est essentiel de ne pas lire les textes d’une manière littérale, mais comme un enseignement sur « qui est Jésus et dans quelles dispositions se mettre pour l’accueillir comme chemin de vie ». Après le Prologue (1, 1-18) qui donne le ton (Jésus est Parole de vie et Lumière pour les humains), les quatre parties déclinent ce message essentiel. « Le Livre des Signes » (1,19 – 12,50) d’abord. Ce sont sept manifestations qui révèlent la puissance de vie de Jésus et qui appellent à le reconnaître comme le témoin du Dieu vivant (une galerie de personnages illustre les postures de foi et de non foi possibles). S’ensuit ce que l’on appelle « Les Discours d’adieu » (13–17) qui mettent dans la bouche de Jésus les convictions de foi de la communauté « johannique ». Quel précieux testament pour nous ! Enfin, les récits de la Passion et de la résurrection (18–21,25). Les premiers mettent en scène et en un singulier relief le point culminant de la vie de Jésus où l’auteur manifeste dans sa manière de raconter que le condamné est en réalité celui qui domine les événements et ses ennemis. Les récits de la résurrection de Jésus – qui n’ont rien d’historique – expriment l’expérience intime des premiers chrétiens, à savoir que le crucifié est le Vivant par excellence et que cette profonde conviction les appelle à témoigner.

À nous de relayer, à notre époque et dans notre culture, notre langage et notre pratique, la vive Parole du quatrième évangile, si bien introduite par John S. Spong.

 John Shelby Spong, Le quatrième évangile, Paris, Karthala, 2020, 252 pages.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jacques Musset

Avatar
a été successivement aumônier de lycée, animateur de groupes bibliques, formateur à l’accompagnement des malades en milieu hospitalier. Il a écrit plusieurs livres sur l’aventure spirituelle et chrétienne.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.