Accueil / Journal / Le Notre Père, une prière juive

Le Notre Père, une prière juive

 

Il est regrettable que bien des chrétiens ignorent ou veuillent ignorer les trésors de la piété juive du temps de Jésus ! À cette lumière, il apparaît que Jésus n’a pas inventé de toutes pièces le Notre Père. Le contexte culturel du texte – on devrait dire l’enracinement culturel de la prière de Jésus – le confirme. Jésus, juif pieux, s’adresse aux juifs pieux qu’étaient la plupart de ses disciples. Il ne pouvait l’ignorer : le Notre Père emprunte des formules à la prière du Kaddish qui ponctuait l’office à la synagogue. « Que soit magnifié et glorifié ton Saint Nom ! », dit le Kaddish, ce qui correspond à « Que ton nom soit sanctifié » ; « … dans le monde qu’il a créé selon sa volonté » qui devient « Que ta volonté soit faite » ; « Qu’il établisse son règne de votre vivant et de vos jours et du vivant de toute la maison d’Israël, bientôt et dans un temps proche » est adapté en « Que ton règne vienne, sur la terre comme au ciel ». On peut voir cette étude dans l’ouvrage de Michel Quesnel et Philippe Gruson, La Bible et sa culture, paru en 2000.

On en conviendra, le Notre Père ressemble étonnamment au Kaddish, mais il en diffère aussi considérablement. Le Kaddish ne s’adresse pas directement à Dieu : ce n’est pas une prière à proprement parler, mais un ensemble de souhaits impersonnels : si c’est Dieu dont on souhaite qu’il établisse son règne, en revanche, qui va magnifier et glorifier son nom ? Jésus fait de ces souhaits une prière à Dieu. Et c’est sans doute cela qu’il apprend à ses disciples : utiliser les formules rituelles pour personnaliser, habiter sa prière !

On notera aussi qu’il manque à la prière du Kaddish les deux premiers mots si essentiels de la prière chrétienne : Notre Père. Assurément, l’idée de paternité de Dieu n’est pas étrangère à la tradition juive, mais elle était de l’ordre de la métaphore : « Dieu est le Père d’Israël ». Jésus apprend à ses disciples à en faire un vécu existentiel : vivre réellement en enfant de Dieu et l’exprimer de tout son cœur !

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.