Accueil / Journal / Jalousie

Jalousie

Adeline-Schaeffer Agnès 2Qui n’a pas fait un jour cette amère expérience d’être envahi par un sentiment négatif qui fait mal, comme un coup de couteau dans les entrailles ? S’ensuit alors un déluge de réflexions improductives qui peuvent détruire une relation.

C’est la jalousie. Cela ne se maîtrise pas, même si chacun croit en être exempt. Ce sentiment exprimant la peur, l’angoisse et l’insécurité, fait prendre cruellement conscience de la douleur de l’existence. La jalousie se révèle le plus souvent dans le domaine de la relation amoureuse, et se manifeste par une agressivité constante, révélant la peur de perdre l’être aimé. Ce sentiment s’accompagne de dysfonctionnements comme la suspicion, l’attente irascible et le conflit interminable.

Nous ressentons de la jalousie lorsque nous faisons la comparaison incessante entre ce que nous sommes et ce que nous voudrions être, entre ce que nous n’avons pas et que nous voudrions avoir. Lorsque nous voyons l’autre évoluer et s’épanouir sans notre aide, sans notre présence, et, pire, sans notre amour, s’immisce en chacun ce sentiment plus ou moins profond de la perte de confiance, non seulement en l’autre, mais aussi en soi. Le doute, la rancœur et l’amertume faussent alors la relation et conduisent souvent à l’irréparable.

La jalousie est là, depuis le commencement du monde, tel que cela nous est décrit dans le livre de la Genèse (4,5) avec le regard sombre de Caïn, découvrant que Dieu lui a préféré l’offrande de son frère Abel.

Dieu ne s’est-il pas lui-même approprié ce sentiment, puisque la Bible nous parle bien d’un Dieu « jaloux » (Ex 20,5 ; 34,14) ou encore de « l’amour jaloux » des croyants pour leur Seigneur. (1 R 19,10). Il s’agit ici de la signification, ou de l’interprétation, sûrement humaine et donc imparfaite, d’un attachement exclusif : celui de Dieu pour les hommes, qui appelle en contrepartie l’attachement exclusif des hommes pour lui ! Ce désir d’exclusivité ne cesse de s’infiltrer de manière souvent dévastatrice, dans les rapports humains.

Ce sentiment n’est pas près de disparaître, puisque nombreux sont ceux qui l’alimentent, en épiant leur prochain derrière leurs persiennes, appelées, justement… des « jalousies » !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Agnès Adeline Schaeffer

Avatar
est pasteure de l’Église protestante unie de France à Paris (Oratoire), et aumônier à la Maison d’arrêt des femmes, à Versailles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.