Accueil / Journal / S’effacer devant le texte

S’effacer devant le texte

L’actrice Fanny Ardant a donné une interview au mensuel Philosophie de l’été 2015, qui intéresse aussi les interprètes de la Bible que nous sommes. Elle y explique qu’elle s’efforce d’entrer en communion avec le personnage qu’elle interprète, de pénétrer sa pensée, et loin de manifester ses propres opinions, de s’effacer et de faire siennes, pour leur donner vie, les paroles du texte. Ainsi en est-il, me semble-t-il, du travail du bibliste. Celui-ci, en effet, réfléchit au milieu historique, social, politique et religieux de l’auteur biblique, pour comprendre ses motivations et les options que le texte révèle. Le bibliste s’efface lui-même, comme le dit Fanny Ardant, afin de laisser jaillir la Parole que l’auteur prononçait.

 Quand l’interprète passe-t-il à côté de son rôle ? Une interprétation manquée est une interprétation qui redouble le texte, en pensant lui faire dire plus qu’il ne dit déjà. Il serait présomptueux de croire être plus intelligent que le texte. De même, dire par exemple d’une adaptation qu’elle est « actuelle » me semble toujours très restrictif. Les poètes, les écrivains, les penseurs passés à la postérité le sont pour un discours durable sur l’humain, pas pour la modernité que nous leur prêtons […]

Voilà a contrario ce qu’est réussir une interprétation : penser que plus rien n’existe que ce qui se vit là, dans une croyance totale à l’histoire qui se trame. Je tâche d’être dans la plus grande présence, sans trop de distance critique ou d’écart par rapport au personnage que j’incarne, en ayant foi dans son histoire que j’interprète.

Il me semble que Fanny Ardant aurait sa place dans nos facultés de théologie pour témoigner de ce que peut être un vrai respect du texte. Elle pourrait nous rappeler de nous effacer vraiment devant le texte biblique auquel il s’agit de donner vie sans chercher à être plus intelligent que l’auteur ni prétendre le faire répondre à des questions qu’il ne posait pas pour lui faire dire finalement ce qu’il ne dit pas.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Gilles Castelnau

a été pasteur de paroisse à Amsterdam et en Région parisienne. Il s’est toujours intéressé à la présence de l’Évangile aux marges de l’Église : aumôneries militaires, de prison, universitaires, Croix Bleue. Il anime depuis 17 ans le site Internet Protestants dans la ville.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.