Accueil / Journal / Silence

Silence

Il est paradoxal que le mot silence, qui me parle si fort, vienne dire l’absence de parole. Absence de bruit aussi, de son, de musique même, et de tout ce qui viendrait me distraire non seulement de ce qui m’est extérieur mais de mon esprit bruissant de pensées. Ce fracas-là peut être assourdissant, inépuisable et épuisant. On a envie de dire à son esprit-qui-pense : Tais-toi et sois beau !

Nous nous étourdissons tant et si bien d’idées, de concepts, de raisonnements, que l’humble silence ne sait plus déployer sa page blanche pour recevoir ce qui, en nous, peut s’écrire de vrai, d’essentiel, d’aimant.

Oui, le silence est au son ce qu’est la page vierge à l’écriture, ce qu’est l’Esprit à sa manifestation. Qui saurait séparer, d’ailleurs, l’écriture de la page ? Elles sont une.

De même, le silence auquel nous pouvons accéder par une voie intérieure toute de calme et d’attention n’est pas un vide ou un néant, mais un puits de potentiel. Ce silence-là nous habite avant que nous ne l’habitions. Il nous précède et nous convoque. Si nous acceptons l’invitation, il nous accueille et nous féconde.

Et alors, Dieu seul sait ce qui peut arriver : silence, on tourne !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Louise Thunin

Née près de Manhattan, a publié en anglais et en France plusieurs livres et nouvelles. Membre de la paroisse du Mans où elle est aumônier de prison. Elle est la lauréate du PRIX E & L 2014. Pour la souscription à cet ouvrage (Vous êtes la lumière du monde. Lettres à mes amis en prison) cf. p. 26 de ce numéro.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.