Accueil / Dialoguer / Le CREL, une structure de dialogue interconfessionnel à Lyon

Le CREL, une structure de dialogue interconfessionnel à Lyon

Dans la crypte de l’église Saint-Irénée à Lyon (Xe siècle) deux plaques de marbre se font face. L’une (fin du XIXe siècle) dénonce la fureur (inanitas) destructrice des calvinistes qui a mis à mal l’édifice pendant les guerres de religion ; l’autre (1984), financée par toutes les Églises de la ville, célèbre la réconciliation entre les chrétiens, avec une belle citation d’Irénée (130-202) sur ce thème. De fait, cette crypte qui témoigne des haines d’antan entre chrétiens, est devenue un haut lieu de l’œcuménisme. Lorsqu’un nouvel archevêque catholique prend ses fonctions à Lyon, il vient prier là avec les responsables des autres Églises chrétiennes. Et cette rencontre chaleureuse n’est pas l’exception qui confirme la règle de l’indifférence habituelle ! Une structure permanente de concertation interconfessionnelle a été mise en place depuis plus de vingt ans : le CREL (Comité des responsables d’Églises à Lyon).

Le CREL rassemble des délégués de toutes les Églises chrétiennes de Lyon (au nombre de sept, comme dans l’Apocalypse !) : catholique romaine, copte orthodoxe, arménienne apostolique, anglicane, orthodoxes (rattachées à différents patriarcats), protestante unie, baptiste (qui se fait le porte-parole de toutes les Églises évangéliques).

Le CREL se réunit au moins deux fois par an pour une rencontre de travail et un repas. Chaque année, il organise une célébration œcuménique à l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, mise en place, dans les années 1930, par un prêtre lyonnais, l’abbé Paul Couturier. Le CREL propose de même une célébration à l’aube de Pâques, lorsque le calendrier des différentes Églises coïncide. C’est lui aussi qui a suscité en 1982 la création de la radio œcuménique RCF (Radios chrétiennes en France, aujourd’hui Radios chrétiennes francophones). Le CREL se fait également l’interlocuteur des autorités juives et musulmanes de la ville pour réagir à certains événements qui impliquent tous les croyants. Ainsi, peu après l’attentat du World Trade Center à New York en septembre 2001, il avait organisé une émouvante veillée de prière interreligieuse.

John Wilson, le pasteur de l’Église évangélique baptiste, nous disait à quel point les rencontres du CREL lui paraissaient « importantes par les contacts, le partage, les échanges qu’elles permettent. Cela aide considérablement les Églises à ne pas rester isolées, à se découvrir mutuellement. Et tout particulièrement quand nous abordons ensemble des sujets sensibles, dans un partage respectueux et fraternel ».

On découvre sur Internet que le sigle CREL désigne aussi un « Comité Régional d’Équitation Lorrain » ou un « Club de Reconnaissance et d’Entraide aux chiens Lévriers » ! Mais comment ne pas souhaiter que partout, se lèvent des Chrétiens Rêvant d’un Évangile en Liberté – des Chrétiens qui se sentent responsables d’un christianisme libéré des dogmatismes qui enferment et excluent ?

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.