Accueil / Journal / Espace Pâquis – Mission Urbaine Tenir la porte ouverte

Espace Pâquis – Mission Urbaine Tenir la porte ouverte

Françoise Bourquin est diacre (ministère à plein temps en Suisse romande) de l’Église Protestante de Genève (EPG) et engagée depuis plus de 10 ans dans le ministère « Évangile et Travail » de cette Église. Sur mandat de l’EPG, ce ministère a ouvert le temple des Pâquis. Situé dans le quartier chaud de Genève, ce temple n’était plus utilisé qu’un dimanche par mois. Il abritait et abrite toujours une soupe populaire le samedi soir. F. Bourquin témoigne ici de l’évolution de ce lieu et de l’action menée.

  Début 2000, notre travail a commencé par une visite aux associations du quartier. La découverte qu’une centaine de langues étaient parlées à l’école du quartier nous a conduits à proposer du soutien scolaire et de l’initiation à la langue française. En 2008, l’euro-foot (la Suisse était coorganisatrice) a chassé de la gare tous les marginaux indésirables. Une partie d’entre eux s’est refugiée sur le parvis et les alentours du temple. Seule salariée de l’équipe d’ « Évangile et Travail », je ne pouvais assurer toute cette tâche d’accueil, d’écoute de ces populations fortement précarisées. Ensemble, avec la coordination des associations, et des hommes et femmes de la société laïque, soucieux de l’humain, nous avons créé une association laïque « Espace Solidaire Pâquis » ; et trouvé suffisamment de bénévoles pour ouvrir le temple tous les jours. C’était en janvier 2009.

  Dès 2010-11, la crise économique nous a amené des migrantes et des migrants en masse. Nous avons alors ouvert des Ateliers d’initiation au français, à l’informatique, puis une permanence juridique ; depuis peu, une bénévole formée reçoit des hommes et des femmes ayant besoin d’un soutien psychologique. À ceci s’ajoutent : un coin café, des petits déjeuners et un repas à midi.

  Nous recevons aussi, en soirée, des groupes folkloriques (boliviens, tibétains,…) qui cherchent un lieu pour répéter. Nous avons hébergé avec bonheur les afters du festival « Black Movies ». Ces mélanges de populations sont à l’origine de rencontres surprenantes et magnifiques. De véritables rencontres improbables entre gens de la rue et notables, jeunes universitaires et manoeuvres du bâtiment, femmes de ménage et enseignants, chrétiens et sans religion, évangéliques et bouddhistes… Ces derniers temps, nous recevons un cours de Zumba très latino et un groupe de Zumba animé par des femmes musulmanes.

  Depuis mars 2013, nous hébergeons un cours de « civislam » mêlant théologie musulmane, civisme, histoire. Ces cours ont lieu tous les vendredis soir et sont animés par des imams. Une bonne centaine de jeunes musulmans fréquentent ainsi le temple des Pâquis. Cela nous permet de favoriser l’interreligieux, de travailler pour la paix, pour le respect mutuel, pour une meilleure connaissance de l’autre. En été, depuis deux ans, lors du Ramadan, nous nous joignons à nos amies et amis musulmans pour la prière de la rupture du jeûne et partageons un repas dans le jardin du temple. Toutes ces activités sont gratuites.

 

  Mon travail se résume à peu de choses : Tenir la porte ouverte : pour les personnes âgées, pour les touristes, pour les jeunes dealers africains, pour les prostituées, pour les gens du quartier, pour les migrantes et les migrants, pour les policiers, pour la permanence Sida, pour les curieux, pour tous.

  Accueillir qui entre, avec un bonjour, un café.

  Écouter qui souhaite parler. Ne pas poser de questions pour éviter que la personne se sente obligée de raconter une histoire. Les gens parlent quand c’est le moment.

  Accompagner. Parfois nous faisons un bout de chemin ensemble, parfois un long chemin, parfois aussi les gens reculent, s’en vont.

  Au temple des Pâquis, nous vivons les paraboles, celle du Bon Samaritain notamment.

  Pour accepter ou refuser une activité, je me pose toujours la question de sa justification théologique.

  Si vous passez par Genève, venez prendre un café au temple des Pâquis !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Françoise Bourquin

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.