Accueil / Culture / Une confession de foi libérale et bien argumentée

Une confession de foi libérale et bien argumentée

 

Nombre de lecteurs d’Évangile et liberté se souviennent du livre passionnant de Gerd Theissen paru il y a une trentaine d’années, au succès remarqué, L’Ombre du Galiléen : une étude exégétique extrêmement fouillée, mais présentée de façon attrayante sous forme romanesque, disponible en poche. L’auteur est en effet un bibliste réputé, professeur émérite d’exégèse du Nouveau Testament à l’université de Heidelberg.

Ce nouvel ouvrage de Theissen est d’une tout autre nature. Selon l’expression même de l’auteur, c’est une « confession de foi personnelle ». « Dans le protestantisme, remarque-t-il, seul ce qu’on peut assumer à titre personnel peut prétendre être valable. »

Curieusement, l’auteur a choisi de présenter sa foi sous la forme d’un catéchisme – questions et réponses – en hommage, dit-il, au Catéchisme de Heidelberg (1563),l’un des plus connus en Allemagne. Mais, si l’ouvrage aborde les thèmes classiques d’un catéchisme : les Dix Commandements, le Notre Père, le baptême et la Sainte Cène, etc., Dieu merci (au sens propre de l’expression !), ses réponses sont loin d’avoir le caractère abstrait et dogmatique qui est coutumier dans ce genre de littérature. Il s’agit bel et bien d’une confession de foi personnelle, de la synthèse d’une réflexion sur la foi chrétienne menée tout au long d’une vie.

La perspective de l’auteur est clairement critique, au sens positif du terme. Les textes bibliques cités en référence sont soumis à une critique historique rigoureuse et, le cas échéant, démythologisante : une méthode d’interprétation pour comprendre le sens fondamental d’un texte au-delà des images mythologiques que son auteur emprunte. L’auteur se réclame explicitement de la théologie libérale – sans renier pour autant, dit-il, un certain « héritage piétiste ». Cependant, il n’hésite pas à citer les « critiques de la religion comme Marx, Nietzsche et Freud ». « De façon anachronique, remarque-t-il, je me sens chez moi dans une époque où les croyants voulaient être raisonnables et les hommes de raison croyants. »

Assurément, on peut regretter, ici ou là, certaines formules de l’auteur, qui à première lecture paraissent trop abstraites ou trop ramassées, des jugements un peu hâtifs, voire certains clichés de la littérature pieuse. Néanmoins, dans son ensemble, l’ouvrage est remarquablement documenté et « pensé » ; il offre au lecteur une mine de références et d’incitations à la réflexion personnelle, voire à la méditation.

 Gerd Theissen, Questions de foi, dire le christianisme autrement, trad. J.-M. Tétaz, Lyon, Olivétan, Paris, Salvator, 2021, 320 pages.

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.