Autodafé

 

Mot devenu quasi synonyme d’exécution publique, d’iniquité, d’intolérance et d’arbitraire. Il renvoie facilement à l’idée de destruction par le feu, comme une véritable ordalie. Or si l’acte de foi passe par un acte destructeur, en quoi cela garantit-il la vérité ? Car la vérité nécessite la rencontre de l’autre : si par un acte destructeur on se prive d’interlocuteur, un silence intérieur nous enferme alors dans une logique de peur, qui peut déboucher sur un besoin de confrontation stérile. En effet, notre soif de contradiction peut se ressourcer dans le désir instinctif et inavouable d’affronter l’acte de foi de nos contradicteurs, afin de se sentir exister.

Si l’accusation de blasphème, de sacrilège est avérée, pourquoi le temps n’aurait-il donc pas finalement le dernier mot ? Le pharaon Akhenaton détruisant les livres non favorables au dieu Aton, des moines coptes jetant un prêtre païen et ses idoles au feu, Qin Shi Huang détruisant de même les écrits confucéens, les écrits ariens brûlés à Tolède en 589, les exécutions de l’Inquisition catholique, la condamnation au bûcher de Michel Servet par Calvin, les Nazis se débarrassant des livres juifs dits « nuisibles », Daesh vidant les bibliothèques de leurs ouvrages, quand ce n’est pas pire : tout cela montre au final qu’un acte de foi provoqué fait écho surtout à l’orgueil de l’homme, qui cherche à tout dominer pour se donner l’assurance d’avoir toujours tout sous contrôle. Un orgueil qui à terme appauvrit l’homme, le fragilise et finit par en faire un névrosé malgré lui. Un tel acte de foi est donc nuisible et obscurcit aussi bien l’intelligence que le cœur. Évagre le Pontique, moine du IVème siècle, a écrit : « Si tu es théologien, tu prieras vraiment, et si tu pries vraiment, tu es théologien. » L’autodafé réel est donc celui alliant disposition de coeur et grâce : là est vécue vraiment la victoire sur la mort, et les bûchers !

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Frédéric Tonneau

Frédéric Tonneau
se réclame du christianisme orthodoxe et est de tendance libérale. Il est titulaire d’un master de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Il s’intéresse entre autres aux écrits patristiques, aux rencontres interreligieuses et aux orientations mystiques.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.