Accueil / Culture / Le management par le consentement

Le management par le consentement

 

Disons tout de suite ce que vous ne trouverez pas dans ce livre : un mode d’emploi ou un guide du bon manager, à la sauce du développement personnel. Pierre-Olivier Monteil s’adresse à notre intelligence et mobilise la philosophie, l’anthropologie et bien d’autres disciplines des sciences sociales pour proposer un management éthique, capable de rechercher le consentement, de laisser une place à la liberté, de donner du sens tout en ne renonçant pas à l’autorité et au pouvoir d’agir.

Consultant-formateur et chercheur associé au Fonds Ricœur, Pierre-Olivier Monteil intervient dans le milieu universitaire (HEC, Paris-Dauphine…) et accompagne des entreprises, des institutions et des associations dans leur mode d’organisation (notamment dans le secteur médico-social). Il connaît les écueils d’un management percuté par les exigences financières, les objectifs de court-terme et les méthodes appliquées aveuglément selon des normes figées.

Dans sa postface, Dominique Méda, célèbre sociologue du travail, se pose la question d’un autre management possible en régime capitaliste. Question pertinente quand on étudie la souffrance au travail, la difficulté pour de nombreux salariés de comprendre la finalité de leur travail, les frustrations induites par le lien de subordination, non compensées par la rémunération.

Monteil montre, d’une certaine manière, le chemin possible à condition de déconstruire dans un premier temps le management qui nie la relation très particulière entre le manager et ceux qui composent son équipe, dans l’illusion d’une autorité et d’une confiance décrétées donc acceptées.

Pour parvenir au management par le consentement, Monteil place cette relation dans un registre éthique qui reconnaît autant la place et le rôle du manager au cœur de l’organisation du travail que les répercussions sur un autre qui cherche à bien faire pour garder le sens de son travail. Des notions fondamentales sont interrogées : la volonté, la confiance, la temporalité, la liberté, l’autorité, le pouvoir, etc., qui ont leur propre mode d’existence dans le monde du travail. L’ouvrage de Monteil retrouve l’actualité au moment où la loi Pacte propose une redéfinition de l’entreprise et où de nouvelles générations avec leurs propres aspirations bousculent les organisations qui ne laissent pas assez de place à l’humain dans le travail. Il ne manque plus que de relancer la négociation interprofessionnelle sur les cadres afin que la dimension managériale soit mieux reconnue et définie dans le salariat contemporain.

Pierre-Olivier Monteil, Éthique et philosophie du management, Paris, Érès, 2016, 230 pages.

 

À propos Olivier Guivarch

est secrétaire national d’une fédération syndicale de salariés, après avoir étudié la théologie protestante et exercé le métier de libraire. Il participe au comité de rédaction depuis 2004.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.