Accueil / Culture / Y a-t-il un Dieu en dehors de nous ?

Y a-t-il un Dieu en dehors de nous ?

 

Nos lecteurs se souviennent que Louise Thunin avait remporté le « Prix Évangile et Liberté » en 2014 pour son beau livre Vous êtes la lumière du monde (Van Dieren, 2015) : recueil de lettres et de prédications dédiées aux détenus de la maison d’arrêt du Mans dont elle assurait l’aumônerie. Son nouvel ouvrage est d’une tonalité assez différente. Avec humour mais aussi avec une grande profondeur de vues, et bien dans l’esprit du protestantisme libéral, l’auteur dialogue avec ses deux chattes, Kallie et Bastet, sur les questions les plus fondamentales : qui sommes-nous ? Y a-t-il un Dieu en dehors de nous et de la création, et si oui, comment son existence est-elle compatible avec la réalité du mal sous toutes ses formes, que nous rencontrons au plus concret de nos vies ?

Le sous-titre du livre amorce les pistes de réponses que l’ouvrage va développer : « Petites réflexions sur la non-dualité ». Le verset du Deutéronome (6, 4) « Le Seigneur notre Dieu est le Seigneur un », note l’auteur, est « une affirmation métaphysique profonde, une phrase qui résume l’univers et en commente le caractère. Tout est un, de même essence et de même substance. » – d’une essence et d’une substance qu’on peut qualifier de « divines » !

Mais qu’on ne se hâte pas de taxer l’auteur (et ses chattes !) de panthéisme, car, pour elles, « l’unité n’empêche ni la multiplicité ni l’individualité ni la relation. Elle empêche juste la séparation. » « Nous ne sommes ni séparés de Dieu ni les uns des autres. […] Rien ni personne n’existe par lui-même, séparé, isolé et indépendant, même si les connexions échappent à nos yeux de chair. » La grande affaire pour chacun de nous est donc de réunir « soi et Soi, notre humanité et notre divinité ».

Sur cette lancée, l’ouvrage s’emploie à nous faire relire d’un œil neuf les passages-clés de l’Écriture, et l’on ne sort pas indemne de cette exploration – même si la radicalité du questionnement se trouve tempérée par l’humour de la présentation et l’omniprésence des deux « muses » à quatre pattes qui inspirent ou encouragent l’auteur dans sa recherche. De fait, les charmantes bestioles sont présentes à chaque page, à travers des descriptions et de tendres caricatures qui émaillent et aèrent la réflexion. Elles contribuent à leur modeste place à rendre la lecture de l’ouvrage aussi agréable qu’enrichissante.

Louise Thunin, Thé-au-logis avec mes chats, Théolib, 2017.

Contact : Pierre-Yves Ruff, la Saulnerie de bas 50750 Saint-Martin de Bonfossé.

 

À propos Michel Barlow

essayiste, romancier et théologien, est universitaire retraité (Lettres et sciences de l’éducation). Il collabore régulièrement au magazine catholique contestataire Golias hebdo comme à Évangile et liberté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.