Accueil / Culture / Moïse redécouvert

Moïse redécouvert

 

298-09-3 Encore un livre de notre ami Thomas Römer sur Moïse et la sortie d’Égypte. Il est présenté comme une enquête, littéraire mais aussi historique, philologique et, pourrait-on dire, scientifique. Il a pour origine son cours au Collège de France. Le livre procède à une relecture intégrale et très méticuleuse des quinze premiers chapitres de l’Exode, allant de la naissance de Moïse au passage de la Mer Rouge, en incluant donc toute la captivité du peuple hébreu en Égypte et sa libération.

La plupart des versets sont retraduits, confrontés non seulement aux autres passages de la Bible qui évoquent le même sujet, mais aussi aux textes et contextes des autres cultures contemporaines du Proche-Orient ancien. Römer en déduit à chaque fois les phrases qui lui semblent former l’ossature primitive et pour quelles raisons, celles qui probablement ont été rajoutées plus tard, à quels moments et avec quelles intentions. Travail fastidieux, travail de spécialiste qui peut paraître un peu compliqué à suivre, mais que Thomas Römer s’efforce de mettre à la portée du grand public.

En conclusion notre grand spécialiste du Pentateuque pense que ce récit a pu prendre la forme que nous lui connaissons en traversant cinq étapes :

La tradition de la sortie d’Égypte aurait pris naissance vers les IXe-VIIIe siècles, dans le Royaume du Nord, sans que la personne de Moïse soit nécessairement associée.

Après la chute de Samarie, capitale du Royaume du Nord prise par les Assyriens, cette tradition est transportée à Jérusalem dans les bagages des réfugiés. La vie de Moïse s’incruste dans cette tradition. Il devient le héros libérant son peuple de l’oppression. Mais c’est l’oppression assyrienne qui est visée.

Pendant la déportation à Babylone (VIe siècle), touchant le Royaume du Sud (Juda), le récit est revisité. Moïse devient l’initiateur de la Loi qui, si elle n’est pas écoutée et mise en pratique, provoque la colère de Dieu et la déportation. Apparition de la pensée deutéronomiste.

Sous l’influence du milieu sacerdotal et environ à la même époque, apparaît Aaron, l’ancêtre des prêtres, qui est indispensable pour affronter Pharaon. La liberté ne peut venir que d’une étroite collaboration entre Moïse et Aaron, le prophète et le prêtre.

Enfin, de retour à Jérusalem, au Ve siècle, sous l’occupation perse, apparaissent des femmes étrangères qui sauvent à plusieurs reprises le jeune Moïse de la mort. Ces dernières additions reflètent les préoccupations de l’époque, relatives à l’accueil de l’étranger dans le pays d’Israël.

Rien n’est sûr dans cette construction un peu hardie, l’auteur le reconnaît. Mais la connaissance avance grâce à des hypothèse qui se confirment ou s’infirment au fur et à mesure que les recherches se poursuivent. Avec ce corps d’hypothèses nous avons bien avancé et nous avons passé un moment bien intéressant qui nous a initiés à la recherche moderne en exégèse biblique

 

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Henri Persoz

Avatar
est un ingénieur à la retraite. À la fin de sa carrière il a refait des études complètes de théologie, ce qui lui permet de défendre, encore mieux qu’avant, une compréhension très libérale du christianisme.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.