Accueil / Journal / Viol spirituel ?

Viol spirituel ?

Des images de Dieu me paraissent inadmissibles. Par exemple, Dieu maître, pour ne pas dire propriétaire, de nos vies. Le Dieu parfois maladroitement insinué par des cantiques désuets ou un catéchète indélicat : « Dieu sait tout de toi, voit tout de toi, il connaît tes actes et tes pensées ! »

Dieu serait alors un grand indiscret et intrusif dans le monde de notre esprit, de notre corps ou de nos rêves. Cette croyance et cette conception de notre relation à Dieu, ne laissent rien secret ou voilé de notre intimité. Rien ne nous appartient plus. Tout Lui appartient !

C’est pour moi une perception de la spiritualité inadmissible et insupportable. Une sorte d’intrusion à la limite d’un viol spirituel !

Robert Neuburger dans un ouvrage intitulé « Les territoires de l’intime » rappelle trois espaces essentiels de la construction de l’enfant (et de l’adulte) et de la constitution de l’intégrité de sa personne :

  • Son espace physique (est-ce que l’enfant a une chambre, ou un espace personnel dans cette chambre, un bureau, un carnet intime, un lieu pour ranger ses souvenirs personnels ou garder secret le contenu de son ordinateur ?),
  • L’espace de sa sexualité (comment est-il touché physiquement, est-ce que ses parents, un médecin maladroit l’ont intrusé, comment a-t-il, ou se sent-il respecté dans l’intimité de son corps et de sa sexualité ?…)

  • Enfin le domaine intellectuel (est-il libre de ses pensées, de ses croyances, a-t-il été contraint à penser d’une certaine manière, ses convictions sont-elles respectées, ou au moins entendues ?…).

Bien sûr, nous pouvons nous poser ces questions à nous-mêmes.

Et ce thérapeute familial de rajouter qu’il y a blessure et souffrance lorsque les limites et les frontières de ces trois territoires ne sont pas respectées ou que les portes de notre corps, de nos pensées ou ne nos territoires sont forcées.

Alors je m’interroge sur le sens d’une théologie et son expression liturgique qui laissent entendre que Dieu voit tout, sait tout, malgré nous, continuant ainsi à nous positionner comme des enfants subissant une intrusion d’autant plus insidieuse qu’elle est effectuée par amour.

Je crois au contraire à la co-construction pas à pas, d’une relation spirituelle respectueuse où chacun se dévoile, s’accepte, s’apprend et s’éprend. Librement !

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Jean-Paul Sauzède

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.