Accueil / Journal / Victimes de la mode

Victimes de la mode

Ana Carolina Reston Macan, 21 ans, 174 cm, 40 kg en 2006 au moment de sa mort. Motif du décès : la crainte d’être trop grosse pour continuer à être mannequin. Il est certain qu’avec un indice de masse corporelle de 13,4 elle avait de la marge (l’Organisation Mondiale pour la Santé indique qu’en dessous de 16 il y a lieu de parler de famine). Cas isolé ? Luisel Ramos, une autre jeune femme mannequin avait connu le même destin quelques mois auparavant. C’était il y a trois ans, mais aujourd’hui encore, des sites Internet continuent à faire la promotion de modes de vie qui prônent la maigreur au point que la seule méthode pour atteindre un corps « idéal » soit d’avoir un comportement alimentaire dangereux pour la santé.

  Bien entendu, cette quête est poursuite du vent, comme l’atteste l’un des mots d’ordre : « Tu ne peux jamais être trop mince. » En d’autres termes, tu ne pourras jamais être bien ! Cette quête devient suicidaire à partir du moment où l’on prône que « être mince est plus important qu’être en bonne santé ». Ces encouragements fauchent des jeunes gens qui ont une image d’eux-mêmes blessée et qui sont prêts à adhérer à n’importe quel discours qui donnera l’impression de valoriser leur corps.

  De son côté, l’Évangile peut sauver de ces dérives qui confinent au sectarisme en rappelant que notre dignité ne dépend pas d’un indice de masse corporelle. L’Évangile peut sauver d’une mise en danger de sa propre vie et de drames familiaux en invitant à reconsidérer notre vie autrement que dans son aspect formel. Toutes les rencontres de Jésus avec des lépreux, avec des handicapés de l’image extérieure, sont des métaphores qui montrent qu’une nouvelle estime de soi est possible : l’Évangile parle d’une grâce qui nous concerne et qui contribue à notre véritable beauté. La prédication de la grâce peut effectivement sauver des personnes qui ont perdu de vue leur richesse intérieure, la formidable valeur que Dieu confère à chacun. La prédication de la grâce nous donne ce que Paul Tillich nommait « le courage d’être ».

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos James Woody

Avatar
Pasteur de l'Église protestante unie de France à Montpellier et président d'Évangile et liberté, l'Association protestante libérale.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.