Accueil / Journal / Se battre sur tous les fronts

Se battre sur tous les fronts

Notre rubrique « Agir » vous présente en général des associations engagées dans l’action humanitaire et sociale. Peu de temps avant sa mort, en septembre dernier, Roger Parmentier lançait cette interpellation beaucoup plus universelle.

  Il ne manque pas de gens dévoués et généreux (même si l’on aimerait qu’il y en ait davantage…), mais généralement ils se consacrent à une cause ou deux… et la situation générale continue à être catastrophique.

  Et voici une tout autre proposition :

  Le follement audacieux Jésus a osé se battre sur tous les fronts et a invité bien d’autres à sa suite à en faire autant…

  Il avait pris conscience qu’il ne suffisait pas de combattre une seule des causes de détresse du monde, mais qu’il fallait faire front contre toutes. Et il s’y est engagé à corps perdu, conscient que c’était bien à ses risques et périls : la décapitation récente de son maître et ami, Jean-Baptiste le lui avait clairement signifié ; mais il n’avait pas reculé devant cette grandiose mission.

  Et il avait commencé à proclamer le Règne de Dieu accessible, la façon de se comporter de Dieu lui-même envers les humains, sa gouvernance généreuse et miséricordieuse à l’extrême qu’il fallait imiter… Il a commencé aussi à recruter des disciples, des compagnons de route, de réalisation et de proclamation, des audacieux ou des inconscients qu’il enverrait un peu partout : il « en désigna soixante-dix autres et les envoya devant lui, deux à deux dans toute ville et en tout lieu où lui-même devait se rendre… Il leur disait allez ! Je vous envoie comme les agneaux au milieu des loups. » (Luc 10,1-3) Il les avait bien avertis que cette proclamation, cette mission de sauvetage leur vaudrait bien des incompréhensions et des souffrances. Et il leur disait : malgré tout vous serez heureux ; il leur proposait ses « béatitudes » paradoxales et leur offrait ses « instructions pour l’envoi en mission ».

  Lui-même, devant eux, leur donnait l’exemple. Il dénonçait et combattait par la parole les chefs des peuples qui les tyrannisent et ont l’audace de se faire bienfaiteurs. Il tenait tête aux mauvais pouvoirs politiques, aux Hérode meurtriers, aux Pilate sanguinaires, mais n’approuvait pas pour autant le contre-pouvoir des Zélotes, jouant du poignard ou de l’épée contre les Romains.

  Il ne ménageait pas davantage les pouvoirs religieux abominables, ceux des faux prophètes, mais aussi ceux des clergés hypocrites et rapaces, prêtres et grandsprêtres, Sadducéens conservateurs et collaborateurs ; et pareillement les interprètes officiels de la Bible, les scribes qu’il accusait de ne pas savoir lire l’Écriture et de ne pas mettre en pratique leurs paroles de vie. Il combattait l’hypocrisie des Pharisiens qui avait déjà horrifié Jean le Baptiseur, aptes à juger et condamner autrui, alors qu’eux-mêmes ne valent pas mieux…

  Il combattait la cécité spirituelle, l’indifférence aux détresses, les séductions, les illusionnismes, les mensonges intéressés, les pensées meurtrières, l’idolâtrie de l’argent, de César et de bien d’autres avec lesquels ils commettaient « adultères », les ruses et les faux-serments…

  Oui Jésus se battait courageusement sur tous les fronts des possessions diaboliques, des misères, des détresses, des maladies pour voler au secours de quiconque appelait à l’aide… et il invitait ses « disciples », ses militants, à en faire autant !

  Nous certainement.

Don

Pour faire un don, suivez ce lien

À propos Roger Parmentier

Avatar

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.